Les phares suisses de l’agroécologie

Par

Martin Grossenbacher (Texte)

Avec des exemples pratiques réussis d’agroécologie, appelés «phares», Biovision montre l’avenir de notre système alimentaire.

«Nous sommes revenus à une forme originale d’élevage de poulets et avons placé le bien-être des animaux en tête de nos priorités », explique Lukas Glauser à propos de l’idée derrière «Au bonheur des poules». Régulièrement, il déplace avec son tracteur le poulailler mobile qu’il a lui-même conçu pour les quelque 300 poules et coqs, là où l’herbe la plus fraîche et les herbes les plus tendres poussent entre les arbres. Les poussins sont dès le premier jour à la ferme bio de Wichtrach, entre Thoune et Berne, où ils grandissent dans une grande famille de poules pour devenir des poules pondeuses et des coqs frères. Grâce à ce type d’élevage de poulets et à la robustesse de la race à deux fins, ils n’ont besoin ni de vaccins, ni d’antibiotiques, ni de médicaments.

Une douzaine de personnes d’âges et de sexes différents discutent joyeusement devant le petit supermarché. «La Fève» dans le quartier des Vergers à Meyrin. Des tiges de poireaux et des fanes de carottes sortent des sacs en papier brun qu’ils portent sur eux. Ce sont des achats « Locali » qu’ils viennent d’aller chercher au supermarché coopératif. Chaque sac contient des légumes frais, des fruits et, selon l’abonnement, du pain et du fromage issus de la production biologique locale, préparés selon le régime Health Planet: les clients reçoivent chaque semaine des aliments qui sont à la fois sains et délicieux, et bons pour la planète.

Des idées convaincantes dans la pratique

«Au bonheur des poules» et le supermarché «La Fève», qui fait partie du projet «Filière alimentaire des Vergers» à Meyrin, sont deux des quelque 20 phares de l’agroécologie que nous présentons en détail sur biovision.ch dans le cadre du projet «Exemples pour un système alimentaire durable».

«Nous voulons offrir une scène à ces initiatives qui restent habituellement dans l’ombre de notre système alimentaire à tendance conventionnelle. Car rien n’est plus convaincant qu’une idée qui fonctionne dans la pratique», explique Samira Amos, spécialiste des sciences de l’environnement, pour expliquer l’intention derrière le projet.

Les exploitations et entreprises présentées sont issues de toutes les régions linguistiques de Suisse et se situent tout au long de la chaîne de création de valeur. Elles prennent en compte les principes de l’agroécologie de manière particulièrement globale et innovante. Elles pratiquent par exemple une agriculture particulièrement respectueuse de l’environnement, sans pesticides ni engrais de synthèse. Ils sont également attentifs aux questions sociales et d’équité et intègrent ces aspects dans leur travail. Les initiatives choisies comme phares de l’agroécologie sont celles qui proposent des solutions aux défis actuels, comme la transition alimentaire ou le gaspillage alimentaire. Cet été, nous avons mis en ligne 18 phares sur notre site web, d’autres viendront s’y ajouter dans les prochains mois.

Les projets phares suisses ont été évalués sur leur part d’agroécologie à l’aide du Business Agroecology Tool.

Permettre une discussion basée sur des faits

L’évaluation des phares de l’agroécologie a été réalisée à l’aide de l’outil développé par Biovision. B-ACT-Tool. Il permet, pour simplifier, d’étudier la part d’agroécologie contenue dans une exploitation. Nous montrons ainsi comment l’agroécologie contribue à des systèmes alimentaires durables – et pourquoi les exploitations conventionnelles n’en sont pas capables. Les projets phares permettent ainsi de mener une discussion basée sur des faits. Mais ils doivent aussi informer et inspirer les consommateurs.

«L’agroécologie est entrée dans les mœurs» Mais de nombreux projets se battent contre de mauvaises conditions-cadres», a découvert Samira Amos lors de la sélection des tours lumineuses: «La politique agricole actuelle n’est pas suffisamment axée sur l’innovation et la diversité agro-écologiques. De meilleures conditions-cadres pour l’agroécologie sont pourtant une base centrale pour un avenir alimentaire suisse durable».

Nos nouvelles

Consommation

Le Cri de la Carotte : de l’équité sociale dans les plats cuisinés

Laborantine de formation, Emma Azconegui a créé la conserverie « Le Cri de la Carotte », qu’elle gère d’une main habile et engagée : la lutte contre le gaspillage alimentaire et les inégalités lui tient particulièrement à cœur.
Agriculture

Une ferme qui ose le changement

Sur ses quelque 11 hectares de terre, la ferme Demeter Faver opère de nombreuses transformations depuis quelques années. Toujours en collaboration étroite avec « TaPatate! », une association d’agriculture contractuelle de proximité.
Consommation, Savoir

5 conseils d’achat pour une consommation éclairée

Dans une démarche de préservation environnementale, nos choix alimentaires revêtent une importance cruciale. En Suisse, l’économie potentielle de 2’800’000 tonnes de nourriture par an, et jusqu’à 600 francs par ménage, souligne l’impact significatif de nos comportements individuels. Ces cinq conseils pratiques visent à orienter nos habitudes vers une consommation plus durable et responsable.
Consommation

Une coopérative alimentaire de quartier

Gérée par la coopérative « Grassrooted » dans le Kreis 4 de Zurich, la coopérative alimentaire bio « rampe5 » propose des aliments de consommation courante socialement et écologiquement durables. Les recettes sont en grande partie reversées aux productrices et producteurs, grâce notamment à la participation des consommatrices et consommateurs. Dabei gestalten die Konsumierenden die Kooperative mit und was an der Kasse für die Lebensmittel bezahlt wird, geht grösstenteils direkt an die Produzierenden.