Médias

Biovision promeut les pratiques agroécologiques depuis de nombreuses années, que ce soit auprès de petit·es paysan·nes d’Afrique subsaharienne par une approche axée sur la pratique, dans le cadre de processus politiques nationaux et internationaux par des conseils avisés et des initiatives saluées, ou encore au travers d’innovations durables menées en collaboration avec des instituts de recherche renommés. Nous vous renseignons volontiers.

Contact médias en Suisse allémanique

Vous êtes un·e professionnel·le des médias et souhaitez nous poser des questions ?

Martin Grossenbacher

Responsable média

+41 44 512 58 25

Contact médias en Suisse romande

Vous êtes un·e professionnel·le des médias et souhaitez nous poser des questions ?

Léna Quéant

Responsable média en Suisse romande

+41 22 510 15 77

Communiqués de presse

CLEVER sensibilise les scouts à la consommation durable lors du CaFé

Celles et ceux qui ont fait du scoutisme s’en souviennent probablement : dehors, dans la nature, nous avons appris comment prendre soin de l’environnement en adoptant un comportement respectueux de ce dernier. Dans la vie de tous les jours, nous pouvons continuer à le faire en consommant de manière durable. C’est pourquoi, du 23 juillet au 6 août « CLEVER – Consommer durable » sensibilisera les scouts au moyen d’une exposition lors du camp fédéral scout « mova » dans l’Obergoms (VS).

Les jeunes scouts, un exemple pour l’alimentation du futur

Le thème de l’alimentation durable gagne en importance. Le rapport actuel du Conseil fédéral sur la politique alimentaire met les consommateur·trices face à leurs responsabilités. Il·elles doivent être informé·es des méthodes de production et de leur impact sur le climat ou le bien-être des animaux, entre autres. Il·elles doivent également veiller à avoir une alimentation saine et à ne pas gaspiller. Dans l’exposition CLEVER, les scouts apprennent donc pendant deux semaines, lors d’une expérience ludique, comment acheter de manière consciente et durable. Après avoir fait leurs courses dans notre supermarché fictif, nous leur présentons l’impact des méthodes de production de leurs achats sur les êtres humains et l’environnement. En effet, les produits les moins chers sont souvent nocifs pour la santé des personnes, de la faune et de la flore et entraînent des coûts élevés qui doivent être payés par la collectivité.

Où, quoi, comment, quand ?

L’exposition CLEVER se trouve dans le « Village Global 2 », près d’Ulrichen. Notre équipe de spécialistes CLEVER guident les groupes de 20 à 30 filles et garçons âgé·es de 6 à 17 ans. Les visites ont lieu en français du lundi au mercredi et en allemand du jeudi au samedi, le matin et l’après-midi.

Informations pour votre visite

  • Tente CLEVER avec d’autres exposant·es au «Cumün mundiel 2»  (Ulrichen)
  • Visites guidées 4 fois par jour
  • Du lundi au mercredi : visites guidées en français
  • Du jeudi au samedi : visites guidées en allemand
  • Informations pour les médias sur le site internet du CaFé « mova » (accréditation nécessaire !)

 

Télécharger le communiqué de presse en PDF

Objectifs de développement durable : un sur 16 est en voie d’être atteint

La Suisse présente aujourd’hui à l’ONU le rapport national du Conseil fédéral sur la mise en œuvre de l’Agenda 2030. Ce que celui-ci ne montre pas : les progrès ne sont pas assez rapides pour que la Suisse puisse atteindre les objectifs. La Confédération et la politique doivent adopter un positionnement plus fort pour accélérer les avancées.

Des progrès ont été accomplis dans certains domaines, mais de grands défis restent à relever pour mettre en œuvre les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU. C’est ce qui ressort du rapport national de la Suisse sur l’Agenda 2030, que la Confédération présente aujourd’hui au siège des Nations Unies, à New York.

Le rapport ne répond pas à une question centrale : les progrès décrits sont-ils suffisamment rapides ? Le « Sustainable Development Report 2022 », publié récemment par le Réseau de solutions pour le développement durable (SDSN) des Nations Unies, donne un élément de réponse. Il indique en effet clairement que si l’on continue au rythme actuel, seul un des 17 ODD sera atteint en 2030 : « énergie propre et d’un coût abordable ». Une tendance à la hausse est observée pour divers autres objectifs, mais elle reste insuffisante.

Le taux de pauvreté a augmenté

Dans plusieurs domaines critiques pour l’atteinte des objectifs, la tendance va même dans la mauvaise direction. Le rapport national du Conseil fédéral précise que les modes de consommation de la Suisse sont très gourmands en ressources et ont des effets négatifs sur l’être humain et l’environnement à l’étranger. Des problèmes se posent également à l’intérieur du pays. Le taux de pauvreté a augmenté depuis 2014. En 2020, 722 000 personnes vivaient sous le seuil de pauvreté, alors que la Suisse est l’un des pays les plus riches du monde. Cela met en péril la cohésion sociale, ce qui peut affecter la recherche de solutions, par exemple en matière de protection du climat.

La biodiversité continue de reculer. Plus d’un tiers des espèces animales et végétales et près de la moitié des biotopes sont menacés dans notre pays, comme le précise le rapport. « Le recul constant de la biodiversité menace les moyens d’existence de l’homme et les performances économiques partout dans le monde, y compris en Suisse », peut-on y lire.

Ce constat montre à quel point il est urgent de mettre en œuvre l’Agenda 2030, adopté en 2015 par les membres de l’ONU, Suisse comprise. Il sous-entend également que le développement durable ne génère pas seulement des coûts : il peut aussi profiter à l’économie. Alors comment avancer plus rapidement ? Bruno Oberle, directeur général de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et membre du conseil de direction de SDSN Suisse, voit les choses ainsi : « Les grands problèmes mondiaux, tels que les crises alimentaires, la baisse de la biodiversité et le changement climatique, sont interconnectés. Pour progresser efficacement, nous devons considérer l’Agenda 2030 dans son ensemble et exploiter davantage les synergies entre les différents objectifs et sous-objectifs, au lieu d’appréhender ceux-ci isolément. »

Le « Centre for Development and Environment » (CDE) de l’Université de Berne a analysé les interactions entre les ODD en se référant au rapport national. Il y a certes trouvé quelques conflits d’objectifs, mais aussi et surtout de nombreuses synergies potentielles entre les sous-objectifs prioritaires pour la Suisse. Par exemple, réduire le gaspillage alimentaire contribue à faire baisser la consommation de ressources, mais aussi à améliorer la qualité des eaux et des sols, ainsi qu’à freiner la perte de biodiversité et le changement climatique.

Pour exploiter au mieux de telles synergies, les milieux et les groupes d’intérêts concernés doivent œuvrer ensemble à la recherche de solutions et à leur négociation ciblée. La Confédération et la politique doivent adopter un positionnement plus fort et jouer un rôle moteur pour que nous puissions atteindre les plus grands effets possible avec les moyens à disposition. C’est dans ce sens que SDSN Suisse a soutenu en 2021 la création de l’intergroupe parlementaire Objectifs de développement durable 2030.

Fort impact négative sur d’autres pays

Il est également important de prêter une plus grande attention aux conséquences de notre mode de vie au-delà de nos frontières. L’impact de la Suisse sur le reste du monde n’est pas à sous-estimer. Le rapport sur le développement durable du SDSN des Nations Unies place certes la Suisse à la huitième place dans l’Indice des ODD, mais à la 157e sur 163 dans le calcul du « spillover » (retombées négatives sur le développement durable d’autres pays). De ce point de vue, la Suisse se trouve donc en queue de peloton parmi les pays évalués.

« On entend souvent que la Suisse est trop petite pour pouvoir faire bouger les choses », fait remarquer Carole Küng, co-directrice de SDSN Suisse. « Ce n’est pas vrai. Nous jouons un rôle majeur de par les effets de notre consommation sur d’autres pays, mais aussi en tant que place financière et commerciale. La Suisse peut et doit assumer un rôle moteur dans la responsabilité globale. »

Liens:

  • Rapport national de la Suisse
  • Sustainable Development Report » du SDSN des Nations Unies
  • Evaluation des interactions entre les objectifs de développement durable par le CDE
  • Retransmission en direct de la présentation du rapport national au Forum politique de haut niveau sur le développement durable de l’ONU ( 12.7. à partir de 17h )

Contact pour la presse:

  • Carole Küng, co-directrice SDSN Suisse, c.kueng@sdsn.ch, tél. +41 77 447 79 46
  • Niklaus Salzmann, responsable communication SDSN Suisse, n.salzmann@sdsn.ch, tél. +41 76 616 34 33

 

Télécharger le communiqué de presse en PDF

Lancement de l’Assemblée Citoyenne pour une Politique Alimentaire

L’Assemblée Citoyenne pour une Politique Alimentaire de la Suisse a pris ses fonctions ce week-end. Pour la première fois dans le pays, des personnes venant de toute la Suisse examinent ensemble comment rendre notre système alimentaire plus durable. L’assemblée formulera des recommandations d’ici à la fin de l’année puis les remettra aux décideur·euses politiques.

Sélectionné·es sur la base de critères représentatifs, les membres de l’assemblée citoyenne sont âgé·es de 20 à 79 ans et viennent de toutes les régions de Suisse. Il·elles représentent toutes les sensibilités politiques, de l’UDC aux Verts, mais aussi la population qui se considère apolitique. Les personnes intéressées ont été démarchées par DemoSCOPE, un institut spécialisé dans les enquêtes de marché et la recherche sociale, selon un procédé aléatoire. Sur cette base, 85 personnes ont été tirées au sort. « Nous avons réussi à mobiliser des résident·es de tout le pays et à atteindre une bonne représentativité de la population suisse. C’est une occasion inédite de lancer de nouvelles impulsions pour la politique alimentaire suisse », explique Daniel Langmeier, le responsable du projet chez Biovision.

Différent·es acteur·trices du système alimentaire ont été invité·es à s’exprimer devant l’assemblée lors du week-end de lancement. Les membres de l’assemblée ont pu se faire une idée globale de la situation grâce aux interventions du politologue Lukas Fesenfeld (Université de Berne et EPF Zurich), qui représente le point de vue scientifique, ainsi que de membres de groupes d’intérêt tels que l’Union suisse des paysans le CI du commerce de détail suisse ou encore l’Alliance-Environnement (liste complète en annexe). L’enthousiasme des membres de cette première Assemblée Citoyenne pour une Politique Alimentaire de la Suisse est au rendez-vous. « Je suis ravie de participer à cette première assemblée citoyenne nationale et de rencontrer les autres personnes pour échanger avec elles sur l’avenir de notre système alimentaire », se réjouit par exemple Ruth Zurbrügg (55 ans), mère au foyer de deux enfants à Sumiswald (BE).

Réunions en ligne, rencontres en présentiel et visites de terrain

Le week-end de lancement sera suivi de huit réunions en ligne. En petits groupes, les défis concrets de notre système alimentaire seront mis en lumière. Cinq grands domaines seront abordés : l’environnement, le social, la santé, l’économie et la production. Durant l’été, les membres de l’assemblée citoyenne auront la possibilité de réaliser des visites de terrain.

Ces sorties leur permettront d’acquérir des connaissances concrètes sur des pratiques exemplaires sur le plan de la durabilité dans des domaines divers, de la production et la transformation à la vente. L’accent sera mis sur une représentation équilibrée des différentes approches : systèmes de culture conventionnelle ou biologique, régions de montagne ou de plaine, etc. Les expériences réalisées et les connaissances acquises serviront à alimenter les discussions au sein de l’assemblée.

La deuxième rencontre en présentiel aura lieu le 1er octobre 2022 à Lausanne, la troisième et dernière le week-end des 5 et 6 novembre à Zurich. À cette occasion, l’assemblée finalisera ses recommandations et délibèrera. Le résultat de ce processus prendra la forme d’un catalogue de mesures concrètes pour un système alimentaire durable. Le 2 février 2023, à Berne, les recommandations formulées seront remises aux acteur·trices de la politique, de l’administration et de la pratique, mais aussi au grand public.

Daniel Langmeier se félicite du lancement de l’assemblée citoyenne à Olten : « Il existe en Suisse un intérêt fondamental pour la question de savoir comment la transformation de nos systèmes alimentaires peut s’opérer pour plus de durabilité. Au travers de cette assemblée citoyenne, nous voulons connaître l’avis de la population sur les contours que doit revêtir un système alimentaire durable. Nous avoir hâte de connaître le résultat ! ».

 

Informations complémentaires :

 

Télécharger le communiqué de presse en PDF

Biovision en bref

Photos en libre accès

Annonces bouchons

À des fins rédactionnelles, nous mettons gratuitement à disposition des photos numériques de nos projets et de nos événements, ainsi que des portraits de nos collaborateur·trices. N’hésitez pas à nous adresser vos demandes de renseignement et de conseil.

Vous souhaitez publier l’annonce dans un format spécial ?

N’hésitez-pas à nous le faire savoir !

Si vous utilisez notre annonce, un petit mot nous ferait très plaisir, merci beaucoup.