Genève s’empare de l’Agenda 2030

Par

Daniel Wermus

La Fédération genevoise de coopération, l’ONU, l’Université de Genève et Biovision réfléchissent ensemble: comment nos sociétés peuvent accélérer la transition vers le développement durable.
(v.l.n.r.) Michael Bergöö, Michael Møller, Anne Emery-Torracinta, Maria Jesus Alonso Lormand, Thomas Gass und Sandrine Salerno; ©David Wagnières
(de g. à d.) Michael Bergöö, Michael Møller, Anne Emery-Torracinta, Maria Jesus Alonso Lormand, Thomas Gass et Sandrine Salerno; ©David Wagnières

«17 objectifs pour transformer le monde»: Ce titre a a rassemblé plus de 250 personnes à l’Université de Genève lors de la Journée Genève solidaire le 4 octobre – date qui marque l’adoption en 2001 d’une loi cantonale demandant que 0,7% des budgets publics soient consacrés à l’aide au développement. Trois ans après l’adoption des Objectifs de développement durable (ODD) par tous les pays, Genève prend conscience de son rôle central dans leur mise en œuvre. Mais Biovision, basée à Zurich, avait aussi son mot à dire dans ce débat. Son approche holistique – action sur le terrain en Afrique comme en Suisse, sensibilisation des Etats et plaidoyer au niveau global – intéresse vivement la coopération internationale.

Yves Flückiger, recteur de l’Unige, souligne à quel point le monde académique lémanique est en train de se mobiliser pour les ODD et l’Agenda 2030, évoquant le mastère en développement durable mené conjointement avec Tsinghua, la principale école polytechnique chinoise. René Longet, président de la Fédération genevoise de coopération (60 associations dont les projets sont financés par les collectivités), insiste sur l’engagement de la société civile pour accélérer l’application des ODD.

La responsabilité du secteur privé

Sandrine Salerno, maire adjoint de Genève, ainsi que Michael Møller, directeur général de l’ONU-Genève, mentionnent le rôle incontournable du secteur privé: « Il y a 50’000 milliards de dollars d’investissements à réorienter. Genève devient maintenant le centre mondial de la finance durable avec le partenariat de tous les acteurs », affirme ce dernier. Le patron de l’ONUG ajoute en lançant un appel aux jeunes: «Si vous laissez la mise en œuvre des ODD aux seuls gouvernements, on n’y arrivera pas. Tout le monde doit s’y mettre!

L’éducation au centre

La vice-présidente du Conseil d’Etat, Anne Emery-Torracinta, rappelle l’adoption récente du Concept cantonal du développement durable 2030. Responsable de l’Instruction publique, elle salue la prise de conscience des jeunes dans ce domaine. L’éducation intègre aujourd’hui ces « objectifs englobants, transversaux qui concernent toutes les disciplines et mobilisent tous les savoirs. »  Maria Alonso, directrice du Service cantonal de solidarité internationale – qui cofinance notamment le Programme de communication paysanne de Biovision – précise que tous les départements de l’Etat développent des projets de solidarité (par exemple l’Hôpital). Son service sensibilise aussi les communes.

« L’Agenda 2030 est une déclaration d’interdépendance », estime Thomas Gass, vice-directeur de la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC). Pour lui, il s’agit d’un nouveau contrat social mondial entre les Etats et les populations, impliquant la collaboration de tous les acteurs et la cohérence des politiques: environnement, commerce, finance, migration…

Une démonstration concrète de cette cohérence par Michael Bergöö, directeur du programme suisse de Biovision a suscité un grand intérêt. Le programme « Changement de cap« , mené par le gouvernement sénégalais avec l’appui de Biovision et du Millennium Institute, associe en effet les ministères concernés et les divers acteurs – paysans, entreprises, ONG, universités… – autour de l’élaboration de scénarios inclusifs et consensuels pour réaliser les ODD. Par ailleurs, Michael Bergöö codirige, avec le Centre de développement et d’environnement de l’Uni de Berne, le Réseau suisse pour des solutions de développement durable (SDSN-Suisse): un échange de bonnes pratiques entre science, administration, économie et société pour accélérer la transition écologique de notre pays.

Nos nouvelles

Politique, Qui sommes-nous

Un mois d’octobre placé sous le signe des « Journées de l’agroécologie »

Qu’est-ce que l’agroécologie et comment peut-elle contribuer à la conception de systèmes alimentaires durables ? Quelles sont les approches qui fonctionnent en Suisse ? Quel potentiel recèlent-elles pour une politique alimentaire durable ? Autant de questions qui seront abordées lors des « Journées de l’agroécologie », une série de manifestations que le réseau Agroecology Works! organise dans toute la Suisse au cours du mois d’octobre. Daniel Langmeier, conseiller politique chez Biovision et cofondateur du réseau, répond à nos questions à propos de cet événement.
Politique

COP26: le rôle de Biovision en tant que médiatrice

Fin octobre 2021, l’équipe du département Dialogue politique et plaidoyer s’est rendue à Glasgow afin de défendre les positions de Biovision au sommet des Nations Unies sur le climat (COP26). Les dernières découvertes en termes d’agroécologie et de climat, ainsi que l’objectif d’intégrer l’agriculture agroécologique dans les discussions sur le changement climatique, étaient du voyage.
Politique

Sommet de l’ONU sur les systèmes alimentaires: l’agroécologie en bonne posititon

Politique

« La Suisse s’offre des bonnes notes en durabilité sur le dos d’autres pays »

Carole Küng, codirectrice du Réseau suisse de solutions pour le développement durable (SDSN Switzerland), coanimé par Biovision, réclame de la Confédération un engagement plus sérieux au niveau des Objectifs de développement durable des Nations Unies. La stratégie du Conseil fédéral rate la cible selon elle.