Suisse et international

Augmenter la recherche sur l’agroécologie

Situation initiale

Les systèmes alimentaires mondiaux sont en grande partie basés sur un modèle agricole qui a perdu le lien avec la base écologique et sociale. Au lieu d'une agriculture durable et diversifiée, une agriculture industrialisée et intensive prédomine. Les conséquences négatives sont graves: épuisement des sols, eaux polluées, organismes nuisibles résistants, diminution de la biodiversité, crise climatique, etc. La santé des producteurs et des consommateurs est de plus en plus menacée. L'agroécologie offre une véritable alternative: une approche systémique de nos systèmes alimentaires qui répond simultanément à plusieurs de ces défis.

Projet

L’énorme potentiel inexploité d’un système de production et d’alimentation agro-écologique devrait être enfin reconnu, promu et diffusé à large échelle grâce à des preuves scientifiques. L'accent est mis sur l'expansion de la recherche systémique (dans le domaine de l'agroécologie), par davantage d’investissements dans des projets et des instituts. En même temps, il s’agit de créer et mettre en réseau des équipes de recherche multidisciplinaires provenant d'instituts renommés.

Dans la mise en œuvre du projet, notre équipe « Politique et plaidoyer » s’engage en faveur d’une acceptation et d’une légitimité accrues de l'agroécologie à tous les niveaux, auprès des différentes parties prenantes.

L'objectif à long terme est de créer les conditions permettant de produire suffisamment d'aliments sains grâce à une approche écologique et de mieux s'adapter aux changements externes (comme la crise climatique).

Un chercheur sur le terrain au Kenya
Actuellement, il y a encore trop peu de fonds pour des projets de recherche comme la comparaison à long terme entre les méthodes de culture, qui montre la valeur ajoutée de l'agroécologie par rapport au système conventionnel.

Pertinence

Le projet vise essentiellement l'équilibre et la synergie entre les processus écologiques, sociaux et économiques des systèmes alimentaires locaux. Cette nécessité déjà exprimée en 2008 par le Rapport mondial sur l'agriculture IAASTD est maintenant reconnue au niveau mondial par l’Agenda 2030.

L'Agenda 2030 constitue le cadre d’action du projet : renforcer la sensibilisation à une approche agroécologique fondée sur la science, encourager son application, accélérer le changement de paradigme vers des systèmes alimentaires mondiaux durables.

Objectifs 2019 de la phase en cours

  • Analyse des investissements dans la recherche agricole à travers trois études de cas, en mettant notamment à jour les politiques économiques qui les sous-tendent. Identification des principaux défis et opportunités qui impactent la recherche systémique en agroécologie.
  • Engager les bailleurs de fonds publics, privés et philanthropiques en faveur d'investissements supplémentaires dans la recherche agroécologique, ainsi que les décideurs concernés des milieux scientifiques. Démontrer la valeur ajoutée d’une recherche agroécologique renforcée, notamment des approches participatives et des équipes interdisciplinaires.

Conseil consultatif

  • Michel Evéquoz, conseiller principal et point focal CGIAR, Programme mondial sur la sécurité alimentaire, Direction du développement et de la coopération (DDC)
  • Julius Ecuru, responsable du programme BioInnovate Africa, icipe
  • Jane Maland Cady, directrice de programme, programme international de la Fondation McKnight
  • Michel Pimbert, directeur exécutif, Centre for Agroecology, Water and Resilience, Université de Coventry
  • Carl E. Pray, professeur et directeur du Department of Agricultural, Food and Resource Economics, Rutgers School of Environmental and Biological Sciences
  • Martijn Sonnevelt, directeur exécutif, World Food System Centre, ETH Zurich