Incroyable, ce sol sonore !

Susanne Cetkovic, jardinière amateur, a écouté ses plates-bandes. Impressionnée.

Par Peter Lüthi, Biovision

Dans le cadre du projet Biovision « Citizen Science », Susanne Cetkovic a écouté le sol un peu partout dans son jardin, y compris le compost.

Le Safari sonore a commencé dans le potager. Là, Susanne Cetkovic a enclenché l’enregistreur et doucement poussé le capteur de son dans la terre, en augmentant le volume. « Alors j’ai entendu des grattements et des grincements, dit-elle. C’est juste fou, comme ça bruisse ! » Et ce n’était qu’un début. Dans le compost, le « vacarme » était incroyable. « J’ai imaginé ce qui grignotait, rampait ou creusait », dit-elle. Le pompon, c’était le terrain sous le prunier. « J’avais laissé ce coin tranquille pendant des années et je n’y ai jamais touché », précise Susanne Cetkovic. Ici, elle a également mesuré les sons pendant 24 heures.

Donner plus d’attention au sol

Environ 80 personnes ont ainsi participé, avec une prise de son d’une journée, au projet « Sounding Soil » de Biovision dans le cadre de la campagne « Citizen Science », l’été dernier. Les résultats sont maintenant disponibles pour des recherches ultérieures.

« Avec ce projet, nous voulons que le public soit conscient de l’importance du sol comme base de la vie, stockage de l’eau et du CO2 et source de notre nutrition », explique Sabine Lerch, responsable du projet chez Biovision. « Nous voulons que notre société soit beaucoup plus attentive au sol », ajoute-t-elle.

Pour Susanne Cetkovic, il n’y a aucun doute : « Le sol est plus important pour moi aujourd’hui que la salade qui pousse dessus ». Il y a 46 ans, un insecticide contre les poux dans les plants de salade avait été en contact avec son corps. Elle a été choquée en lisant sur l’emballage que le contact du produit avec la peau devait être évité et que la salade traitée ne devrait pas être consommée avant trois semaines. La jardinière s’est inscrite à des cours sur l’agriculture biologique et a radicalement changé : « L’animation sonore qui fourmille maintenant sous mes pieds est la preuve vivante que toutes ces années ont porté leurs fruits sans poison, mais avec beaucoup de travail manuel, de compost et de paillis ».

Voulez-vous entendre le son de votre sol ? Inscrivez-vous maintenant pour le printemps prochain et envoyez un courriel à Sabine Lerch : s.lerchbiovisionch

Sur www.soundingsoil.ch/fr/ecouter/, vous pouvez écouter des enregistrements de sols de différentes régions du pays.