Semences locales et biodiversité

La culture de variétés traditionnelles de légumes favorise une alimentation équilibrée au Kenya

Le projet

Le projet encourage les légumes à feuilles indigènes, de manière à diversifier les cultures tout en enrichissant le régime alimentaire des populations. Une plus grande biodiversité dans les champs et les jardins contribue à assainir l’environnement. De même, elle permet une production plus stable, améliorant du même coup la santé des gens.

Les membres des groupes paysans liés au projet apprennent à produire des semences de légumes locaux de haute qualité, puis à les commercialiser. Les connaissances sur la culture, la consommation et le marché de ces légumes sont documentées. Leur disponibilité dans la région s’accroît de pair avec celle des semences. Résultat : la consommation de produits riches en éléments nutritifs progresse et conduit à une meilleure alimentation.

Les paysannes et les paysans apprennent des améliorations pour la culture de légumes traditionnels dans un jardin de démonstration du comté de Vihiga.

Pertinence

Ce constat fait de plus en plus l’unanimité : la biodiversité au champ et la variété dans l’assiette contribuent à réduire massivement la malnutrition. Un régime peu diversifié est un facteur décisif de « faim cachée » dans les pays en développement, où l’alimentation de base est souvent riche en amidon mais manque d’éléments riches en nutriments comme les protéines animales, les fruits et les légumes. La culture de légumes diversifiés est une source précieuse de vitamines naturelles et de nutriments, permettant aux gens d’avoir un régime équilibré.

Les premiers résultats de recherche dans la zone du projet montrent un taux élevé d'enfants de moins de deux ans présentant un retard de croissance. De plus, une femme sur quatre en âge de reproduction est atteinte de surpoids ou d'obésité due à la malnutrition. Pourtant, la région de Vihiga jouit d’une biodiversité relativement élevée. Ce qui en fait un site idéal pour le projet.

Bénéficiaires

5’720 mères de jeunes enfants bénéficieront de conseils nutritionnels. Elles pourront élargir leurs connaissances sur une alimentation équilibrée et améliorer leur santé. En outre, jusqu'à 175 membres de la communauté paysanne (dont 67% de femmes) profitent du savoir-faire de notre partenaire local WeRATE dans la production de semences de légumes à feuilles. Environ 30 sélectionnées au sein d’ONGs, du ministère de la Santé et du Ministère de l'agriculture, ainsi que des bénévoles de santé communautaire (Community Health Volunteers) obtiennent des connaissances sur l'importance et la mise en œuvre des initiatives agricoles pour une alimentation équilibrée.

Objectifs de la phase en cours

  • Documenter en détail les connaissances locales sur les légumes à feuilles traditionnels ; encourager la production, la culture, la vente et la consommation de ces légumes - par un matériel pédagogique richement illustré mis au point par Bioversity International pour atteindre les gens de niveau éducatif inférieur.
  • Former des bénévoles en santé communautaire (Community Health Volunteers) comme conseiller/ères qui indiquent aux mères, à l’aide d’un matériel pédagogique, comment les légumes disponibles localement permettent de donner une alimentation équilibrée aux jeunes enfants.
  • Formations pour la production de semences de légumes à feuilles, les méthodes de culture écologique dans le potager, ainsi que la commercialisation des semences et des produits dans les marchés, les écoles et les restaurants.
  • Mettre en place des centres de conseil pour familles paysannes, offrant des informations et des cours sur la diversité des légumes et sur une alimentation équilibrée pour les communautés.

Durabilité

Toutes les activités sont menées par des organisations locales en collaboration avec les communautés, de telle façon qu'elles assument leurs responsabilités et poursuivent les réalisations après la fin du projet. Des programmes d'échanges avec les groupes paysans voisins fourniront aux participants les savoir-faire requis pour créer d’autres centres de conseil. Ces échanges d’un producteur à l'autre permettront de propager les résultats du projet distribué et d’atteindre des familles paysannes au-delà du site et de la présente phase du projet.