Doux à l’extérieur, amer à l’intérieur

Par

Anna Schöpfer, Biovision. Image: Pixabay

En matière de lapins de Pâques, pour que le plaisir d’offrir n’ait pas un goût amer, il faut miser sur les labels bio et commerce équitable.

La pression sur les prix est forte sur le marché mondial du chocolat, ce qui n’est pas sans conséquences pour les producteur·trices de cacao. Rares sont ceux·celles qui sont rémunéré·es de manière décente et équitable. L’UNICEF estime que plus de 1,6 million d’enfants travaillent – au péril de leur vie et au détriment de leur éducation – dans les plantations ivoiriennes et ghanéennes, qui fournissent plus de 60 % du cacao consommé dans le monde.

Le cacao est cultivé en monoculture avec de grandes quantités d’engrais artificiels et de pesticides de synthèse. Inutile d’en rappeler les dangers et les dommages pour l’homme, l’environnement et la biodiversité. Le label de commerce équitable Max Havelaar peut servir de repère pour s’orienter. Même si ce label a été critiqué pour ne pas avoir un cahier des charges assez exhaustif, il reste l’un des labels les plus stricts et les plus connus. Il a eu le mérite d’éliminer l’exploitation des enfants sur les plantations certifiées. Le label Max Havelaar combiné à celui de produits biologiques offre une garantie d’équité.

Lapin Or Lindt & Sprüngli ou lapin Coop Bio et équitable ?

Si la pâte de cacao utilisée pour le fameux Lapin Or est fabriquée en Suisse, elle est ensuite transportée en Allemagne, où sont produits les lapins. L’origine des ingrédients n’est pas précisée. Le cacao utilisé pour le lapin Coop Bio vient du Pérou. Le label Max Havelaar assure aux paysan·nes un salaire minimum et une garantie d’achat à long terme. Il mise sur des cultures mixtes, où les cacaoyers jouxtent bananes, agrumes et avocats. 

Graphique comparant la durabilité d'un vin PIWI et d'un vin non bio

Faits et chiffres sur le chocolat

À l’échelle mondiale, seul
0.5
pourcent du cacao est produit de manière équitable.
Les producteur·trices de cacao reçoivent environ
6
pourcent du prix de vente.
Les Suisses consomment plus de
11
kg par personne et par an.

Conseil de consommation d'Anna

« J’ai découvert chez Magasins du Monde un chocolat de l’entreprise Fairafric, qui est germanoghanéenne et produit du cacao au Ghana. Ce qui est vraiment équitable, c’est que la valeur ajoutée et les bénéfices sont réinvestis dans le pays où est cultivé l’ingrédient principal. »
Anna Schöpfer, chargée de projets en consommation durable

Faire un don

Faites un don pour soutenir notre travail de sensibilisation à la consommation durable en Suisse.

CHF
CHF
CHF
Montant libre

Nos nouvelles

Consommation

Des glaces à savourer sans remords

La saison des glaces est de retour! On en trouve à tous les parfums et de toutes les couleurs. Beaucoup seraient durables. Feu vert pour se délecter?
Consommation

L’épic blé

Le blé est un important aliment de base. À Pâques, on l’associe traditionnellement à la fertilité et au renouveau. Mais la production de farine peut avoir un impact non négligeable sur l’environnement. Afin de faire les bons choix pour votre gâteau pascal, nous vous proposons un tour d’horizon pour vous y aider.
Savoir

Les phares suisses de l’agroécologie

Avec des exemples pratiques réussis d’agroécologie, appelés «phares», Biovision montre l’avenir de notre système alimentaire.
Consommation, Savoir

5 conseils d’achat pour une consommation éclairée

Dans une démarche de préservation environnementale, nos choix alimentaires revêtent une importance cruciale. En Suisse, l’économie potentielle de 2’800’000 tonnes de nourriture par an, et jusqu’à 600 francs par ménage, souligne l’impact significatif de nos comportements individuels. Ces cinq conseils pratiques visent à orienter nos habitudes vers une consommation plus durable et responsable.