Le sol, cet écosystème méconnu

Le sol constitue la base de la vie, de la production de nos aliments et de la biodiversité. Pourtant, la conscience de l’importance de cette ressource essentielle est encore limitée. C’est pourquoi nous avons décidé d’en faire le thème prioritaire de nos publications sur notre site internet.





Notre vie dépend du sol

Méconnu et piétiné, le sol vit dans l’ombre. Pourtant, notre vie en dépend: en tant que jardinier amateur passionné, je suis bien placé pour savoir que le sol est la source de notre alimentation, mais aussi de cycles importants de nutriments, d’eau et de carbone. Envie de plonger dans les cou-lisses sonores de la vie souterraine? C’est possible avec les microphones de sol du projet Biovision Sounding Soil

Les fonctions vitales des sols à travers  le monde sont menacées par l’érosion, la surexploitation, les constructions et l’utilisation de produits agrochimiques. Il est urgent de passer à une gestion durable des surfaces agricoles: pour que les générations futures puissent continuer de se nourrir, mais aussi pour exploiter le potentiel que recèle le sol dans la lutte contre le changement climatique. En effet, un sol exploité de façon durable est riche en humus, une substance capable de fixer de grandes quantités de carbone – autant de CO2 qui ne se trouve plus dans l’atmosphère. Il est également capable d’absorber plus d’eau en cas de fortes pluies et de stocker l’humidité plus long-temps en période de sécheresse. 

Pour les familles paysannes d’Afrique subsaharienne en particulier, le maintien et l’amélioration de la fertilité des sols sont une question de survie. En appliquant des méthodes astucieuses, elles peuvent s’as-surer de bonnes récoltes et de bons  evenus sans recourir à l’agrochimie ni endomma-ger leurs sols. Il n’y a pas de développe-ment durable sans utilisation durable du sol – en Afrique et en Suisse comme dans le reste du monde.

Cordialement, votre  Frank Eyhorn, Directeur de Biovision


» Retour vers l'aperçu


Notre sol en bref

Le sol est la couche supérieure vivante de la croûte terrestre pouvant atteindre une épaisseur de quelques centimètres à plusieurs mètres. Environ 10 000 à 20 000 ans sont nécessaires pour former 1 mètre de sol. Sous nos latitudes se forme ainsi environ 0,1 mm de nouveau sol par année. La couche supérieure du sol, particulièrement riche en nutriments, est constituée d’humus formé par la décomposition et la désagrégation de résidus végétaux.

» Source: Bodenatlas 2015

 

Légendes:

1. 0-35 cm: couche de tourbe jadis épaisse de plusieurs mètres, asséchée par les corrections des eaux du Jura (à partir de 1834), tassée et réduite à une couche de sol compactée et oxydée (noire).
Époque: 2000 dernières années

2. 35-env. 40 cm: la région est submergée, une couche discontinue de craie lacustre s’est formée.
Époque: env. 300-100 av. J.-C.

3. 40-53 cm: couche de tourbe asséchée et compacte.
Époque: env. 1000 av. J.-C.

4. 52-env. 55 cm: couche de craie lacustre par submersion.
Époque: env. 1500 av. J.-C.

5. 55-75 cm: une couche de tourbe moyennement compacte, argileuse dans sa partie supérieure, s’est formée au cours d’une période plus sèche.
Époque: 2000-3000 av. J.-C.

6. 75-95 cm: couche de craie lacustre par submersion à la fin du Néolithique.
Époque: 3000-4000 av. J.-C.

7. 95-140 cm: couche de tourbe non asséchée, lâche, non oxydée (brune).
Époque: 4000-7000 av. J.-C.

8. Au-delà de 140 cm de profondeur: une couche de craie lacustre contenant un tronc de pin sylvestre bien conservé indique que la région était submergée entre 7000 et 12'000 av. J.-C.
Époque: 7000-12'000 av. J.-C.


(Source: OFEV, Profil pédologique: Moritz Müller, HESA ; montage: R. Schürmann)

» Retour vers l'aperçu



Un sol aux multiples fonctions 

Les sols sains jouent un rôle clé car ils fournissent des services irremplaçables: les écosystèmes des sols filtrent, accumulent et régulent l’eau, offrent un habitat pour d’innombrables organismes et sont même capables de dégrader des substances toxiques. 

La capacité du sol à fournir des services pour l’être humain et l’environnement est exprimée par la notion de fonctions du sol. En accord avec les définitions internationales usuelles, une distinction est faite entre les fonctions suivantes : 

  • Fonction d’habitat : capacité du sol à servir de base vitale pour les organismes et à contribuer à la conservation de la diversité des écosystèmes ainsi que des espèces et de leur diversité génétique. 

  • Fonction régulatrice : capacité du sol à réguler les cycles de substances et d’énergie, à assumer une fonction de filtre, de tampon ou de réservoir, et à transformer des substances. 

  • Fonction de production : capacité du sol à produire de la biomasse sous forme de denrées alimentaires et fourragères, de bois et de fibres. 

  • Fonction de support : capacité du sol à servir de fondement à des constructions. 

  • Source de matière première : capacité du sol à stocker des matières premières, de l’eau et de l’énergie géothermique. 

  • Fonction d’archivage : capacité du sol à conserver des informations sur l’histoire naturelle et culturelle. 

» Informations approfondies: Centre de compétences sur les sols 


» Retour vers l'aperçu



Nos sols en danger

Photo: Biovision/M. Grobelska, Unsplash

La dégradation des sols s’est considérablement accrue au cours des dernières décennies. Entre 1983 et 2009, on perdait 1,1 m2 de terre cultivable chaque seconde, ce qui représente un total de quelque 85 000 hectares, c’est-à-dire l’équivalent de la surface du canton du Jura. Dans la décennie suivante, 29 800 hectares supplémentaires ont disparu, soit l’équivalent de la surface du canton de Schaffhouse.

Parmi les activités humaines, la sylviculture et l'agriculture intensives menacent particulièrement nos sols. Monocultures, engrais minéraux, pesticides de synthèse et emplois fréquents de lourdes machines: tout cela peut détériorer la structure des sols, les lessiver et polluer l’écosystème naturel. Le changement climatique est aussi attisé, entre autres, par l’agriculture. Tempêtes et inondations augmentent d’année en année alors que les sols fertiles s’érodent de plus en plus, ce qui se traduit aussi par une baisse des récoltes agricoles.

Enfin, c'est aussi notre comportement de consummation qui qui pollue nos sols et accélère leur dégradation. La consommation croissante de viande et surtout le gaspillage alimentaire engloutissent des terres précieuses qui pourraient être exploitées de manière beaucoup plus efficace et durable. 

» Informations approfondies: « La preuve par le slip », Projet de sensbilisation de l'Université de Zurich et Agroscope Zurich


» Retour vers l'aperçu



Sol et agriculture

Un sol fertile est la base de toute production agricole. C'est pourquoi l'Institut de recherche de l'agriculture biologique FiBL à Frick (CH/AG) compare depuis 1978 les méthodes de culture biologique et conventionnelle. Ce faisant, ils étudient de manière ciblée l'évolution de la fertilité du sol et de la biodiversité. Cette expérience de longue durée a permis de mettre en lumière les effets des différentes méthodes d'exploitation sur le sol: dans la méthode biodynamique, la teneur en matière organique (humus) est restée stable au cours des 21 premières années - elle a diminué dans toutes les autres méthodes. En outre, il s'est avéré que les parcelles expérimentales cultivées en bio abritaient par exemple 25% de plus d'organismes microscopiques et que la fertilité du sol était plus élevée à long terme que dans les parcelles cultivées de manière conventionnelle. Les plantes des parcelles cultivées biologiquement sont davantage colonisées par des mycorhizes (champignons racinaires) que celles des parcelles conventionnelles, et davantage d'espèces différentes de mycorhizes sont impliquées (biodiversité plus élevée). 

» Informations approfondies: « Comparaison à long terme de systèmes agricoles biologiques et conventionnels sur le terrain », FiBL


» Retour vers l'aperçu



Changement climatique et sol 

Après les océans, les sols sont le plus grand réservoir de carbone, mais aussi l'une des principales sources naturelles de CO2. Il y a plus de deux fois plus de carbone dans le sol que de CO2 en circulation dans l'atmosphère. Le carbone pénètre dans le sol par le biais de feuilles mortes et d'organismes du sol. 

Les terres cultivées en bio émettent moins de gaz nuisible pour le climat que les champs conventionnels. Les micro-organismes plus diversifiés et plus actifs présents dans les sols bio peuvent en outre contribuer à une meilleure adaptabilité des cultures biologiques à des situations de stress dues au climat.  

Grâce à des pratiques ménageant le sol (voir « Cultiver sans labourer: Bon pour le sol et le climat »), les exploitations biologiques peuvent maintenir et augmenter la qualité de carbone stockée dans le sol. (Source: fiche d’information « Sol et climat », Institut de recherche de l'agriculture biologique FiBL

» Informations approfondies: « Sol et changement climatique », fiche d’information éditée par le «Cercle Sol», l‘association des services de protection des sols des cantons, de la Confédération et de la Principauté du Liechtenstein 


» Retour vers l'aperçu



Agir pour protéger les sols 

Dans notre vie quotidienne, nous pouvons protéger et conserver le sol. Ce sont des choses de tous les jours, par exemple ne jamais jeter ses déchets dans l’herbe ou dans la rue. Mais en tant que consommatrice ou consommateur, vous avez une voix au chapitre pour favoriser une agriculture écologique en Suisse qui contribue particulièrement à la protection de nos sols, à travers vos achats: privilégiez des produits régionaux et de saison, si possible provenant de l’agriculture durable et renoncez fréquemment à manger de la viande. En savoir plus sur la consommation responsable

Voici cinq recommandations qui nous viennent du musée agricole de Burgrain:

1. Soutenir des organisations qui luttent contre une urbanisation anarchique et pour la protection du paysage


Avantages:

  • Exploitation mesurée du sol
  • Utilisation limitée du sol et optimisation du territoire urbanisé de manière à garantir leur qualité
  • Préservation des paysages naturels cultivés

» Retrouvez ici de nombreux sujets sur le mitage et l'aménagement du territoire

2. Faire son compost


Avantages:

  • Transformation des déchets alimentaires en humus précieux à moindre coût
  • Réduction de la quantité de déchets de manière significative.
  • Création d'engrais pour les plantes, le jardin et le gazon.

» Retrouvez ici de précieux conseils pour créer son propre compost

3. Privilégier le terreau sans tourbe pour les plantes d'intérieur, les bacs à fleurs et les plates-bandes de jardin


Avantages:

  • Protection des sols tourbeux dans le monde entier afin qu'ils puissent remplir leur fonction importante de réservoir de CO2.
  • Action importante contre le changement climatique.

» Retrouvez des informations sur les techniques de jardinage avec un terreau sans tourbe

4. Bannir l'utilisation de produits phytosanitaires dans son jardin


Avantages:

  • Protection des eaux, des plantes, des insectes et des oiseaux
  • Création d'un jardin plein de vie et de biodiversité

» Découvrez de nombreuses suggestions sur la manière de concevoir un jardin sans pesticides

Il est grand temps d’agir !

Avec Sounding Soil (voir l'article suivant), Biovision sensibilise à l'importance de la protection de nos sols. Vous trouverez d'autres conseils précieux sur la manière dont vous pouvez aider à mieux protéger nos sols sur le site web de Sounding Soil.


» Retour vers l'aperçu



Sounding Soil : Écouter le sol

Dans un sol sain vivent de nombreuses plantes, animaux et champignons différents. Sounding Soil rend la vie sous nos pieds audible.

Il est sous nos pieds, façonne nos paysages, nous l'oublions et le polluons. Pourtant , le sol est essentiel à la vie. L’un des principaux objectifs de notre projet Sounding Soil est donc de rendre les processus et la vie dans le sol aubibles et ainsi sensibiliser le public à la santé et l’importance des sols. 

Sounding Soil fait remonter à la surface les bruissements du sol et rend la vie souterraine et ses différents processus tangibles. Nous renforçons ainsi la prise de conscience de cet écosystème complexe et si important. 

Les enregistrements des sols sont utilisés au sein d’une installation, d’une soundmap et d’activités de sensibilisation


» Retour vers l'aperçu



Sites et publications sur le thème des sols sur Internet 


En Suisse

À l'international

Pour les écoles


» Retour vers l'aperçu



Articles sur le thème du sol

Il est temps de nourrir le sol

Que faut-il pour préserver et régénérer les sols dans les régions tropicales ? David Bautze, chercheur à l'Institut de l'agriculture biologique FiBL Suisse et expert dans le domaine des systèmes de culture résilients nous explique.

En savoir plus »

Le sol, voix de la biodiversité

Le travail de recherche de Marcus Maeder, principal initiateur du projet Sounding Soil de Biovision, démontre pour la première fois de manière scientifique que la diversité et l’intensité de la vie du sol peuvent être mesurées acoustiquement. 
» Continuer la lecture

Terres arables et faim dans le monde

Actuellement, la Suisse utilise en surface deux fois plus de terres arables que ce qui devrait lui revenir. Comment l’expliquer et comment utiliser moins de surfaces arables et maintenir le sol en bonne santé ?
» Continuer la lecture

Le clé de la fertilité des sols!

Comment les familles paysannes d’Afrique de l’Est peuvent-elle maintenir la fertilité de leurs sols, garante de récoltes suffisantes ? La solution est aussi écologique que bon marché.
» Continuer la lecture

Notre (sur)vie dépend du sol

Le sol sous nos pieds constitue la base de la vie, de notre production alimentaire et de la biodiversité. Or, le public est encore très peu conscient de l'importance de cette ressource centrale.
» Continuer la lecture

Combat sans merci dans les champs de maïs

Les surfaces agricoles sont souvent le théâtre d’une lutte à la vie à la mort. Sur les parcelles d’Afrique de l’Est où la méthode push-pull est utilisée, ce sont les organismes utiles qui l’emportent sur les ravageurs. La compréhension des mécanismes de communication des plantes entre elles, mais aussi avec les insectes, y est pour beaucoup.
» Continuer la lecture

L’agroécologie pour lutter contre le changement climatique

De plus en plus de personnes dans les pays du Sud sont touchées par les conséquences du changement climatique. Les agriculteurs-trices, en particulier, souffrent des phénomènes météorologiques extrêmes causés par le climat. Il est donc urgent de mettre en place des systèmes agricoles et alimentaires durables et résistants au climat.
» Continuer la lecture

Incroyable, ce sol sonore !

Susanne Cetkovic, jardinière amateur, a écouté ses plates-bandes. Impressionnée.

» Continuer la lecture