Centre de formation en agro-écologie

Solutions pour l'activité économique des petits paysans et des éleveurs

Le projet

Le projet vise à améliorer durablement les conditions de vie des familles d’agriculteurs/trices et d’éleveurs/euses en Tanzanie. Notre organisation partenaire SAT (Sustainable Agriculture Tanzania) leur dispense des cours de formation sur les méthodes agro-écologiques pour augmenter les récoltes et la production animale tout en protégeant les ressources naturelles. En même temps les communautés paysannes et pastorales bénéficient de leurs échanges mutuels et renforcent ainsi leur coexistence pacifique. SAT crée avec ce projet diverses possibilités de transformation locale et de commercialisation des produits agro-écologiques. Grâce à la coopération étroite des paysan-ne-s avec des scientifiques locaux, le projet stimule une recherche en agro-écologie axée sur la demande.

Paysannes et paysans dans un cours de formation SAT à Morogoro.

Pertinence

Avec les activités du projet dans la région de Morogoro, Biovision et le SAT visent à réduire la pauvreté, améliorer la sécurité alimentaire et atténuer les conflits autour des terres grâce à une coopération économique entre familles d'agriculteurs et d'éleveurs. L'agro-écologie offre aussi une approche permettant l'utilisation durable des ressources naturelles et la résilience de la population rurale face aux effets du changement climatique (notamment la sécheresse).

Bénéficiaires

Entre 1'200 et 2'500 paysan-ne-s, 200 éleveurs/euses, 50 étudiant-e-s en coopération avec les familles rurales, 14 conseillers/ères agricoles étatiques. On peut y ajouter près de 30'000 personnes indirectement favorisées.

Objectifs de la phase en cours

En particulier, cinq domaines clés sont visés :

  • Les agriculteurs/trices et les éleveurs/euses du district de Mvomero se tournent vers des méthodes de production agro-écologique. Les succès des projets en cours servent de modèles que d'autres régions de Tanzanie peuvent facilement imiter ou adapter à leur situation.
  • Les chaînes de valeur des produits agricoles dans le district de Mvomero sont renforcées grâce à l'amélioration des infrastructures dans le Centre de formation paysanne, à l'introduction de machines individuelles et de races animales résistantes à la sécheresse, ainsi qu'à la transformation sur place des récoltes.
  • Les paysan-ne-s bénéficient d'une recherche agricole ciblée qui répond à leurs défis par des solutions pratiques.
  • Les paysan-ne-s reçoivent une formation ainsi qu'un soutien à la commercialisation de leurs produits biologiques et à d'autres activités commerciales.
  • Les activités du projet sont constamment revues, évaluées et testées pour leur efficacité. Les expériences réalisées sont intégrées dans un dialogue avec la politique et la science.

Durabilité

Il est particulièrement important de renforcer les groupes paysans dans leur autonomie. Cela se fait par exemple à travers des groupes "épargne et crédit", où des investissements sont mis en place en commun. Les connaissances de base acquises en administration et en comptabilité permettent aux groupes de documenter et gérer eux-mêmes leurs activités de marché.

Grâce à ces incitations économiques, il est vraisemblable que les bénéficiaires poursuivent par eux-mêmes les activités de façon durable, même après le retrait de Biovision et de SAT. Notre projet vise à ce que les familles paysannes et pastorales puissent, grâce aux formations, financer et entretenir elles-mêmes les machines et les unités de transformation, ce qui leur garantira une augmentation des revenus à l'avenir. Des structures efficaces, mises en place durablement, doivent favoriser une réplication de cette approche par d'autres communautés.

Pour parvenir à des structures solides, le projet fera l'objet d'une évaluation externe après la phase 2017-19. En cas de résultats prometteurs, il entrera alors dans une deuxième phase.