Suisse

Faire bouger la Suisse – Agenda 2030

Mise en oeuvre des Objectifs de développement durable chez nous aussi

Biovision a défendu avec succès un changement de cap de l’agriculture ces dernières années. En septembre 2015 à New York, tous les États membres de l’ONU ont adopté l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de développement durable. Deux ans après l’adoption de ces objectifs, un rapport (« SDG Index & Dashboards », SDSN* et Fondation Bertelsmann) constate un important déficit d’action – y compris en Suisse : seuls les objectifs 1 (pauvreté) et 7 (énergie) sont suffisamment traités. Le besoin le plus urgent reste dans l’action climatique ainsi que dans la consommation et la production durables. Avec ses importations de biens et services, la Suisse provoque d’importantes pollutions de l’air et pertes de biodiversité dans les pays d’origine. Avec son agriculture intensive – achats d’aliments pour animaux et d’engrais – la Suisse « importe » également des perturbations d’écosystèmes par la pollution de l’azote.

  • de gauche à droite : Urs Wiesmann, co-président SDSN Suisse ; Katrin Muff, professeure (durabilité, responsabilité et transformation), modératrice de la conférence de lancement ; Bertrand Piccard, fondateur de l’Alliance mondiale pour des solutions efficaces ; Jacques Dubochet, biophysicien et lauréat du prix Nobel de chimie ; Océane Dayer, co-présidente SDSN Suisse ; Michael Bergöö, secrétaire général SDSN Suisse.
  • « Nous devons montrer que des solutions meilleures que le statu quo existent déjà. » Bertrand Piccard, pionnier et initiateur de Solar Impulse.
  • Les solutions innovantes appellent également de nouvelles formes de coopération.
  • SDSN Suisse et Collaboratio Helvetica ont
    utilisé des formats d’échanges créatifs pour la conférence.

Participation active aux alliances et aux réseaux

Pour renforcer le développement durable en Suisse et au-delà des frontières, pour accélérer l’application de l’Agenda 2030, Biovision est devenue partenaire de divers réseaux et s’est activement engagée dans des alliances :

  • DDC : Dans le cadre d’un programme de quatre ans, Biovision est officiellement partenaire de la Direction du développement et de la coopération (DDC) et bénéficie d’un soutien financier. Un aspect significatif de ce partenariat : le développement de compétences et l’échange d’expériences.
  • Alliance agraire : Elle regroupe 18 organisations et promeut le dialogue entre la fourche et la fourchette. Elle accompagne la politique agricole suisse tout au long de la chaîne de valeur. L’objectif de l’Alliance agraire est de rendre plus durable l’ensemble de l’économie alimentaire suisse.
  • Alliance Sud : Alliance Sud est le think-tank et do-tank qui travaille en collaboration avec les politiciens, les acteurs politiques, administratifs et économiques pour des relations Nord-Sud équitables et le développement durable.
  • CNS-FAO : Le Comité national suisse de la FAO est consulté par le Conseil fédéral sur les moyens de lutter contre la faim dans le monde et ses causes, d’améliorer la sécurité alimentaire mondiale et de promouvoir la durabilité des systèmes agro-alimentaires.
  • SDSN Suisse : En collaboration avec le Centre interdisciplinaire pour le développement durable et l’environnement de l’Université de Berne, Biovision construit SDSN Suisse depuis le printemps 2017 – une émanation du réseau international de solutions pour le développement durable.

 

* En 2012, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a lancé un réseau mondial pour des solutions de développement durable. Au printemps 2018, SDSN international regroupe plus de 500 organisations de plus de 80 pays. Il existe plus de 20 SDSN nationaux ou régionaux.