Ecole de la forêt à Mpigi

Santé par les plantes, agriculture écologique et protection des arbres en Ouganda

Projet

Dans le district de Mpigi en Ouganda, notre partenaire de projet PROMETRA Ouganda s'engage depuis 2012, à travers « Buyijja Forest School », en faveur de la santé des populations rurales et de la protection des forêts.

Le présent projet vise à augmenter les revenus de la communauté locale, en particulier des jeunes, grâce à des innovations durables et respectueuses de l'environnement en matière d'agriculture écologique et ce projet encourage le maintien de la biodiversité par des solutions innovantes.

Lors de cours hebdomadaires, les guérisseuses et guérisseurs participant à l'Ecole de la forêt apprennent à reconnaître les maladies les plus courantes et à les traiter avec des remèdes à base de plantes. En même temps, on les sensibilise à l'importance de la forêt où poussent les plantes médicinales, et à la nécessité de la protéger. Dans cette nouvelle phase du projet, 2018-2020, l'accent sera mis sur les jeunes qui ont quitté l'école et les personnes détenues dans les prisons. La gestion de l'Ecole et du centre de santé, ainsi que la bibliothèque et les cours de formation à l'agriculture biologique se poursuivront comme dans les phases précédentes.

Dans le jardin de démonstration de l'Ecole de la forêt Buyijja, des paysannes et des paysans sont formés à la culture écologique des légumes et des plantes médicinales.

Pertinence

Le district de Mpigi en Ouganda comprend une forêt importante et des bassins versants. Les communautés de ce territoire dépendent des ressources forestières. Ces dernières années, l'exploitation de ces ressources a considérablement augmenté, conduisant à la destruction de la forêt et de sa biodiversité. Par ailleurs, les soins médicaux dans les zones rurales de l'Ouganda sont insuffisants. Les centres de santé modernes sont rares ou inabordables pour la population rurale. On compte seulement un médecin pour 20'000 personnes (en Suisse, un pour 250). Les guérisseuses et guérisseurs traditionnels constituent donc un recours important pour la santé de base dans les campagnes, tout en jouant le rôle de porte-parole de la nature. Une gestion prudente des ressources menacées sera d'autant mieux réalisée si les gens sont conscients de la valeur de leurs forêts en tant que réservoirs d’eau, régulatrice du climat et refuge pour les plantes médicinales. C'est dans cet esprit qu'a été fondée en 2012 l'Ecole de la forêt à Mpigi.

Bénéficiaires

Les bénéficiaires directs bénéficieront des connaissances et des compétences de l’école forestière comme suit :

Quelque 70 guérisseuses et guérisseurs reçoivent une formation complémentaire à l’Ecole de la forêt. 60 jeunes ayant quitté l’école primaire reçoivent une formation en médecine traditionnelle, en agroécologie et en création de revenus associée à la protection de l’environnement. Ces jeunes interagissent avec les anciens et en tirent des enseignements. 60 personnes détenues reçoivent des compétences en matière de naturopathie, d'agroécologie et de protection de l'environnement. Les produits issus de la culture biologique sont consommés en prison. 200 membres de clubs de jeunes dans les écoles utiliseront également les connaissances fournies. Les écoles elles-mêmes bénéficieront de plants issus des jardins de démonstration pour l'alimentation des enfants.

Ainsi, en plus des 280 bénéficiaires actuels et des 70 naturopathes, 320 nouveaux bénéficiaires seront ajoutés dans cette phase : les 60 jeunes susmentionnés inscrits à l'Ecole de la forêt, 200 jeunes membres de clubs scolaires et 60 détenu-e-s. Au total, le nombre de bénéficiaires directs se monte à 670.

Dans la formation de base, les guérisseuses et guérisseurs se familiarisent avec les plantes indigènes et leur effets curatifs
Le redressement des os et des articulations fait partie du programme de l'Ecole de la Forêt

Objectifs de la phase en cours

  • Renforcement des connaissances sur l'utilisation et la conservation des plantes médicinales indigènes et sur l'agriculture écologique à travers la formation des guérisseuses et guérisseurs
  • Dans le cadre du projet, 60 jeunes ayant abandonné l'école sont inscrit-e-s à l'Ecole de la forêt. Leur formation en méthodes bio et en environnement leur permet par exemple de produire leurs propres pesticides et engrais biologiques.
  • Les capacités de notre partenaire PROMETRA seront renforcées dans les domaines suivants : structure administrative, gestion de projet, plaidoyer, réseautage, évaluation, stratégies de collecte de fonds.

Réalisations à ce jour

Depuis 2012, l'Ecole a formé 250 guérisseuses et guérisseurs. Elle forme avec la clinique et la bibliothèque gratuites - instaurées dans le projet précédent - un épicentre pour la mobilisation de la population à Mpigi. Le projet encourage l'interaction et l'échange de connaissances entre communauté, étudiant-e-s et scientifiques : utilisation durable des ressources naturelles, légumes locaux, plantes médicinales, préservation de l'environnement. Ces structures mises en place dans les phases précédentes sont maintenant consolidées et entretenues.

Durabilité

En 2020, PROMETRA Ouganda prévoit une communauté vivant des ressources naturelles, avec des tradi-praticiens/ennes utilisant leurs connaissances acquises pour cultiver en bio des plantes médicinales et alimentaires. Ces activités protègent l'environnement, augmentent les revenus familiaux et renforcent la sécurité alimentaire. Les médicaments produits sont, à leur tour, utilisés pour les traitements de la clinique communautaire ou vendus à un marché plus large, améliorant ainsi la nutrition, la santé et les revenus.

Dans les phases précédentes de mise en œuvre du projet, PROMETRA a entretenu et renforcé sa coopération avec les autorités : ministères et départements nationaux et locaux chargés de la santé, de l'eau, de l'agriculture, de la pêche et de l'industrie.