Suisse et international

Plaidoyer pour l’agroécologie

Situation initiale

Les systèmes alimentaires globaux reposent en grande partie sur un modèle agricole qui a perdu son lien avec sa base écologique et sociale. A la place d’une agriculture durable et diversifiée, comme le demande l’Agenda 2030, une agriculture industrialisée et intensive prédomine, au moins dans les pays industrialisés et émergents. C’est une agriculture qui provoque la lixiviation des sols et le défrichement de forêts tropicales, pollue les eaux et menace la biodiversité, rend les ravageurs résistants et met en danger la santé des producteurs ainsi que de plus en plus celle des consommateurs. Enfin, elle contribue de manière significative au changement climatique mondial en émettant des gaz à effet de serre supplémentaires. L’agroécologie offre une approche systémique pour façonner nos systèmes alimentaires, et elle apporte une réponse à plusieurs défis simultanément. Les pratiques agroécologiques contribuent à la conservation de nos ressources, au renforcement de la résilience et à un climat sain.

Projet

L’objectif du projet est de mieux utiliser le potentiel des systèmes alimentaires systémiques et agroécologiques. Cela implique de développer encore plus une base scientifique. En même temps, l’agroécologie doit être soutenue au travers de conditions cadres politiques favorables. Le projet vise aussi une meilleure communication et une coordination plus étroite entre les investisseurs, les chercheurs et les décideurs politiques.

Des gouvernements nationaux et régionaux choisis sont soutenus dans la planification politique globale en rendant visibles et compréhensibles les applications agroécologiques concrètes (comme par ex. push pull). Le changement climatique et les promesses de chaque pays sur l’accord international sur le climat fournissent en particulier le cadre politique nécessaire pour percevoir l’urgence de mettre en œuvre des approches agroécologiques.

L’objectif à long terme est d’établir des systèmes alimentaires écologiquement, socialement et économiquement sains, qui peuvent nourrir la population même dans des conditions climatiques changeantes. Un changement radical de paradigme et de système ne peut avoir lieu que progressivement et dans une transition à plus long terme. C’est pourquoi Biovision prévoit de mettre en œuvre les étapes nécessaires progressivement.

Où la forêt meurt, la pauvreté s'ensuit. Des zones plus fertiles en Afrique sont touchées. En raison de la perte de forêts et du changement climatique, les précipitations deviennent très imprévisibles.

Pertinence

L’équilibre et les synergies entre les processus écologiques, sociaux et économiques dans les systèmes alimentaires locaux, sont au centre du projet, comme le Rapport mondial sur l’agriculture (IAASTD 2008) l’a déjà demandé et l’Agenda 2030 l’a reconnu au niveau mondial.

Le projet utilise le cadre existant de l’Agenda 2030 et l’Accord de Paris sur le climat pour améliorer l’attention et l’application de l’approche scientifique de l’agroécologie, afin de faire avancer le changement de paradigme vers des systèmes alimentaires mondiaux durables.

Objectifs 2018 du projet

  • Objectif 1: Promouvoir la recherche en agroécologie à travers la sensibilisation et la collaboration avec des organisations donatrices, des gouvernements et la communauté des chercheurs.
  • Objectif 2: Poursuivre le «Changement de cap dans l’agriculture»; Utiliser l’outil de planification politique T21/iSDG pour développer une stratégie agricole durable dans une région (Djourbel) au Sénégal et former les mesures politiques plus efficaces afin de réaliser l’Agenda 2030.
  • Objectif 3: Information, sensibilisation et soutien des décideurs au niveau international (par ex. Convention sur le climat), et indentification du potentiel des mesures et des stratégies agroécologiques au Kenya, pour faire face aux conséquences négatives du changement climatique.

Réalisations à ce jour

Projet Changement de cap dans l'agriculture (2012-2017):

Changement de cap dans l'agriculture (CCA) est un projet qui a été mené par Biovision en collaboration avec le Millennium Institut de 2012 à 2017. L’objectif était de créer un cadre politique pour une agriculture mondiale durable.

Au niveau international, le plaidoyer en faveur d’une agriculture durable était au premier plan de sommets multilatéraux. L’équipe de Biovision a ainsi participé activement aux négociations de la Conférence de Rio +20 et de l’Agenda 2030. Au cours du processus de négociation des objectifs du développement durable (SDGs), Biovision s’est particulièrement engagée en faveur du SDG 2 „éliminer la faim, parvenir à la sécurité alimentaire et à une meilleure nutrition et promouvoir une agriculture durable“.

Avec des alliances stratégiques et des plateformes, telles que le Comité de la sécurité alimentaire mondiale à Rome (CSA) ou dans le cadre du programme pour des systèmes alimentaires durables de l’ONU (10YFP), Biovision a renforcé son rôle de „pionnier du changement“ et a ainsi contribué avec succès à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 au niveau international.

Au niveau international, Biovision a soutenu avec le Millennium Institute les gouvernements d’Ethiopie, du Kenya et du Sénégal dans la planification de stratégies agricoles durables, en gardant en point de mire la réalisation du SDG 2.  L’outil intégré de planification politique, appelé modèle T21/iSDG, a été utilisé pour cela. Le travail de Biovision a en plus permis de renforcer la dialogue politique dans ces pays, notamment grâce à la participation d’organisations paysannes et de la société civile, des groupes qui sont souvent exclus des processus décisionnels.

Grâce au succès au niveau national au Sénégal, le ministère des finances à Dakar a demandé à Biovision et au Millennium Institute de poursuivre leur travail au niveau régional. Au Kenya et à la demande du ministère de l’agriculture, l’équipe soutient le gouvernement dans l’analyse politique et la planification pour lutter contre le changement climatique en utilisant des méthodes agroécologiques.

Projet Beacons of Hope (2017-2019):

Dans le projet «Rayons d’espoir» et sur mandat de «Global Alliance for the Future of Food», l’équipe politique et juridique a analysé plus de 130 projets pour un changement vers un système alimentaire écologique et social à travers le monde. Parmi eux, 21 ont été sélectionnés, car ils sont de bons exemples et donc une source d’inspiration pour un changement réussi. Ils ont été identifiés à l’aide d’une méthode développée par Biovision, qui examine en particulier la dynamique de ces processus de changement et leurs obstacles, comme leurs opportunités. L’une des conclusions les plus significatives est le fait qu’une grande partie de ces 21 initiatives utilise l’approche agroécologique comme base pour leurs activités. Cela renforce la preuve que l’agroécologie favorise le développement durable à tous les niveaux, et qu’elle porte en elle le potentiel de faire évoluer une transformation de l’ensemble du système alimentaire.