L’agro-écologie, une solution à la crise climatique

Le GIEC l’a montré, début août, dans son rapport spécial sur le changement climatique et la gestion des terres : sans conversion vers des systèmes alimentaires durables, les objectifs de Paris en matière de climat ne peuvent plus être atteints.

Avec sa vision "Agro-écologie contre changement climatique", Biovision se bat depuis longtemps pour faire reconnaître l'agriculture biologique comme un moyen de réduire les causes du changement climatique et les effets du réchauffement planétaire. Martin Herren, de l'équipe Dialogue politique et plaidoyer, explique tous ces liens qui figurent en détail sur notre infographie.
 

 

«Des ressources essentielles pour la production sont en jeu»

1. Changement climatique : l'agriculture est-elle victime ou coupable?

Les paysan-ne-s sont et seront victimes parce que ce sont leurs moyens essentiels de production comme le sol et l'eau qui sont en jeu. En particulier les petits paysans, qui représentent 75% de la production agricole de l'Afrique subsaharienne, sont confrontés à d'énormes défis, vu leurs possibilités limitées de résilience et de diversification. Mais les moyens et grands producteurs devront également adapter leurs systèmes d’exploitation, ce qui offre en même temps une chance de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

2. Quels sont les plus grands défis pour les petits paysans d'Afrique de l'Est ces dix prochaines années face à la crise climatique?

Les paysan-ne-s sont habitué-e-s à s’adapter aux conditions météo. Mais c’est l’accélération des changements qui va poser problème: les prévisions annoncent des modifications des régimes de précipitations, une baisse annuelle des pluies, des inondations, des incendies et une prolifération de parasites liée à ces changements. En même temps, les régimes de pluie et donc la disponibilité en eau deviennent moins prévisibles. Parmi les menaces indirectes, les chocs climatiques provoquent la volatilité dans les prix des intrants ou des produits.

3. Est-ce que l'agro-écologie est une bonne réponse à ces défis?

  1. L'agro-écologie repose en grande partie sur la connaissance. Ainsi, elle aide les paysan-ne-s à comprendre comment fonctionnent les systèmes écologiques et comment réagir juste en cas d’interférence climatique.
  2. L'agro-écologie favorise un système de production diversifié. En cas de conditions climatiques extrêmes, un produit peut être affecté mais d’autres peuvent encore être récoltés. Une production alternative comme l’élevage, le miel, le savon, etc. permet de compenser les pertes agricoles.
  3. A part la diversification et les synergies, une utilisation efficace des ressources et le recyclage rendront aussi les paysan-ne-s plus flexibles pour se préparer et réagir à la variabilité climatique.
  4. Les systèmes locaux de production et de consommation - largement basés sur des espèces traditionnelles -, les marchés locaux et les filets de sécurité sociale diminuent la vulnérabilité aux impacts climatiques mondiaux, ce qui réduit la volatilité des marchés.
  5. Les principes agro-écologiques favorisent la cohésion sociale et l'équité économique, ce qui équilibre les inégalités. Cela permet aux membres pauvres ou fragiles de la société de développer un certain degré de résilience dans leur gagne-pain.

4. Quelle est l'impact de l'agriculture africaine sur le changement climatique?

L'impact des petites exploitations est pratiquement nul et principalement d'origine biogénique. Mais globalement, les émissions du secteur agricole sont considérables. On pourrait les éviter ou les réduire par des plus grandes entreprises pour le transport, le stockage et la vente au détail. La déforestation et les changements d'affectation des sols sont également des facteurs clés d'émissions en Afrique subsaharienne.
Pourtant, les causes ont généralement un caractère systémique: la majeure partie des émissions de GES se produit aux stades de pré et post-production : production d'engrais à forte intensité énergétique, consommation excessive de viande…

5. Est-ce que l'agro-écologie peut aussi atténuer la crise climatique?

Tout d’abord, l'agro-écologie peut aider les agriculteurs/trices à s'adapter et à renforcer leur résilience au changement. Cependant, l’atténuation a aussi des avantages complémentaires. En évitant de brûler des résidus en plein champ ou d’appliquer des engrais synthétiques et des pesticides, on réduit les émissions. L'agro-écologie favorise des changements fondamentaux dans la façon de produire et consommer les aliments. Elle demande des conditions économiques équitables pour tous les acteurs de la chaîne de valeur et requiert une gouvernance politique qui favorise l'équilibre entre la production alimentaire écologique, économique et sociale. Mis ensemble, ces facteurs permettront d'éviter les émissions futures du système alimentaire. A grande échelle, une transition vers un système agro-écologique peut contribuer à atténuer le changement climatique. Mais cela demande du temps ainsi qu’un soutien économique et politique des gouvernements.