Sécurité alimentaire en Ethiopie rurale

Famille éthiopienne avec leurs chèvres.

Le projet poursuit deux approches complémentaires. D’une part, les sols dégradés sont rendus plus fertiles. Pour ce faire, les paysan-ne-s travaillent la terre en utilisant des techniques d’amélioration des sols : terrassements pour lutter contre l’érosion, plantation d’arbres, méthode Push-Pull (répulsion-attraction d'insectes). D’autre part, les familles reçoivent des chèvres ou des volailles, des abeilles pour la production de miel ou des formations en culture maraîchère. Elles basent ainsi leur revenu sur différentes sources, ce qui leur permet de résister aux mauvaises récoltes.

 

 


Récits liés au projet

L'argent peut pousser sur les arbres

Les arbres ont besoin de temps pour grandir. Avec eux, on ne peut pas faire de l'argent tout de suite. Mais à moyen terme, les fruits et le bois, c'est une bonne affaire. Un bon plan aussi pour l'environnement et le microclimat. Plus d'informations

L'indépendance pas à pas

Dimanche 17 janvier 2016 était un jour de joie pour Hado Gemechu. Un petit chevreau naissait dans leur ferme. Une première étape pour sortir de la situation d'urgence. Plus d'informations