Soigner avec la nature

de Peter Lüthi, journaliste

Betsy Nakate est paysanne et guérisseuse. Je l’ai rencontrée le 12 avril 2010 à sa ferme de Kyangoma, dans le district de Mpigi, Ouganda. Elle y habite avec son mari et ses quatre enfants au milieu des collines douces, des arbres et des champs cultivés. Elle me montre fièrement son jardin d’herbes aromatiques avec 150 plantes médicinales différentes. Mme Nakate les connaît toutes par leur nom, elle sait comment les faire pousser, quand les cueillir et quelles parties utiliser pour fabriquer des onguents ou des tisanes. « Je n’utilise que les feuilles, les fleurs et l’écorce. Pas les racines, car cela abîmerait la nature », explique-t-elle.

Betsy Nakate, paysanne et guérisseuse traditionnelle de Kyangoma (Ouganda), projet École de la forêt à Mpigi. Photo : Peter Lüthi / Biovision

Betsy Nakate appartenait à un groupe de 250 petits exploitants agricoles formés comme guérisseurs/euses par PROMETRA, notre partenaire en Ouganda. Chaque mercredi, Mme Nakate se rend à l’École de la forêt de Buyiija, créée et gérée par PROMETRA et soutenue par Biovision. Président de PROMETRA, le Dr Yahaya Sekagya, dentiste formé à l’occidentale et guérisseur traditionnel, explique l’importance de la médecine naturelle pour son pays: « En Ouganda, 60 % de la population a besoin de thérapie traditionnelle. Ici, il y a à peine un médecin pour 25 000 habitants. » En Suisse, la densité médicale est cent fois plus élevée.

À travers ce projet, Biovision soutient depuis 2009 la santé humaine en même temps que la préservation de la forêt. Les  guérisseuses et guérisseurs la valorisent en tant que réservoir de plantes médicinales, et leur parole jouit d’une grande crédibilité pour sensibiliser la population locale.

 

  • La formation de guérisseur/guérisseuse traditionnels de PROMETRA Ouganda comprend outre l’anatomie, la phytothérapie et les méthodes de guérison spirituelles, aussi le redressement et les attelles de membres cassés.
  • Betsy Nakate, guérisseuse traditionnelle dans le district de Mpigi (Ouganda), cultive 150 espèces de plantes médicinales dans son jardin et transforme les différentes parties des plantes en pommades, infusions et thés.