Rira bien...

„Le problème était énorme“, se souvient James Gichovi de Kimangaru (Kenya), lorsque des myriades de mouches des fruits se sont abattues sur ses mangues. „Cela grouillait de partout, nous n’avions aucune chance“. En fin de compte, il a trouvé un moyen de protéger durablement ses mangues.

Peter Lüthi, Communication

Le producteur de mangues James Gichovi

  • James Gichovi peut sourire, car ses mangues sont à l’abri des mouches des fruits. On le voit ici avec un piège à mouches fait maison.
  • Il a d’abord essayé avec ses propres moyens. Mais cela n’a vraiment bien marché qu’après une journée de terrain avec l’icipe, où il a appris entre autres à utiliser des tentes en filet.
  • Samira Mohamed d’icipe et ses collègues conseillent les producteurs de mangues du Kenya avec les méthodes „Integrated Pest Management“
  • Les manguiers de James Gichovis sont lourds de fruits. Aujourd’hui, les fruits ne sont pas infestés et assurent un revenu au paysan et à sa famille.

Avant, James Gichovi pulvérisait beaucoup de pesticides. Mais ces produits ont échoué. Puis il a appris que les mouches des fruits pouvaient être combattues avec des pièges et des appâts parfumés. En réalité, ce n’est qu’une des nombreuses mesures de lutte intégrée „Integrated Pest Management“ (IPM). L’IPM relâche des guêpes parasites qui infestent le couvain des mouches et le déciment. Les fruits infestés sont systématiquement collectés dans des tentes à filets. Les mouches des fruits et leurs larves restent piégées à l’intérieur, tandis que les petites guêpes parasites peuvent s’échapper et continuer à parasiter d’autres couvains de mouches. Des pièges parfumés sont utilisés contre les mouches mâles, mais aussi la pulvérisation sélective d’arbres avec des insecticides Bio, ainsi que des spores fongiques contre les larves dans le sol.

„Integrated Pest Management“ dans la pratique

  • Les mangues infestées par des larves de mouches des fruits sont recueillies dans des filets à petites mailles. Les insectes auxilairies (guêpes) peuvent en sortir, alors que les mouches plus grosses restent piégées à l'intérieur.
  • Les guêpes parasitoïdes, que les producteurs de mangues appellent affectueusement "amies des paysans", sont relâchées dans le bosquet de manguiers. Elles attaquent les couvains des mouches des fruits et réduisent ainsi la population des ravageurs.
  • Un appât odorant attire les mouches mâles dans le piège, où elles sont éliminées avec une insecticide bio.
  • Les pièges pour les mouches mâles sont importants pour le succès de la lutte contre les ravageurs.
  • Ici, Peterson W. Nderitu d’icipe explique la fonction du piège à une productrice de mangues (pièges à filets contre les mouches des fruits).
  • Des mouches des fruits sont élevées à des fins de recherche à l'icipe.
  • Recherche au laboratoire d’icipe: sous le filet, il y a la chair de la mangue pleine d’oeufs de mouches des fruits et de larves. Les guêpes parasitoïdes pondent leurs oeufs à travers les mailles, dans le couvain des mouches.
  • Les méthodes IPM développées par icipe sont aussi efficaces contre les espèces indigènes de mouches des fruits (Ceratitis osyra).

James Gichovi a expérimenté lui-même et a d’abord réussi avec des récipients en plastique et des pièges parfumés. Le tournant décisif pour lui a été une journée de terrain de lutte intégrée IPM organisée par icipe* et Biovision. Aujourd’hui, James a les mouches des fruits sous contrôle et peut protéger durablement ses mangues. Il n’est pas encore tout à fait satisfait et il pense plus loin: „La formation était trop courte et les groupes trop grands“, critique James. De nombreux participants n’ont pas tout compris et c’est regrettable. „Pour maintenir les mouches des fruits en échec durablement, tous les paysans doivent appliquer les méthodes IPM soigneusement et de manière conséquente. Ce n’est que si nous y arrivons que je ne me ferais plus de soucis.“ C’est donc une bonne chose que le projet „Contrôle de la mouche des fruits“ de Biovision et icipe se poursuive.

* icipe: Centre international de recherche sur les insectes, Nairobi