Les mouches dévoreuses de mangues sous contrôle

de Peter Lüthi, journaliste

À Embu, au Kenya, Mme Ngare et sa sœur ont toutes les raisons de rayonner. Leur récolte de mangues est riche et elles-mêmes sont pleines de santé.

Et ça ne va pas de soi, m’avait raconté le mari de Mme Ngare en février 2015 dans son verger. « Régulièrement, j’avais des maux de gorge et des saignements de nez. Nous nous sommes rendus compte que ces ennuis de santé arrivaient toujours après la pulvérisation d’insecticides. À l’époque, nous aspergions nos 365 arbres avec des produits chimiques jusqu’à dix fois par saison. »

récolte de mangues à Embu (Kenya), projet Contrôle de la mouche de fruits. Photo : Peter Lüthi / Biovision

M. Ngare est en bonne forme depuis que le couple a opté pour la lutte intégrée (IPM, Integrated Pest Management). IPM est une combinaison de diverses mesures respectueuses de l’environnement. L’institut interna tional de recherche sur les insectes icipe, basé à Nairobi, a lancé un projet conjoint avec Biovision à Embu : un programme de lutte contre la mouche du manguier. Aujourd’hui, M. Ngare traite uniquement en cas d’absolue nécessité, puis applique un biopesticide sur un mètre carré par arbre. Cela protège l’environnement, tout en leur faisant économiser beaucoup d’argent.

Au lieu de pulvériser à grande échelle, ils lâchent des guêpes parasites, qui pondent leurs œufs dans la couvée des mouches des fruits. Après l’éclosion, les larves de guêpes déciment les larves des mouches. Par ailleurs, des pièges parfumés capturent les mouches mâles et les fruits infestés sont éliminés en toute sécurité. En dernier recours, on utilise des spores fongiques enfouis sous les arbres. Cela fonctionne contre les femelles.

Grâce à l’IPM, M. et Mme Ngare ont pu maîtriser cet envahisseur venu d’Asie. Alors qu’avant, aucun traitement chimique n’y était parvenu.

  • Disséminer des guêpes parasitoïdes, les ennemis naturels des mouches des fruits, est l’une des nombreuses mesures de lutte intégrée (IPM). Les guêpes sont affectueusement appelées « Farmers’ Friends ».
  • Des mangues saines : dans le projet de Biovision dans les comtés d’Embu et Meru (Kenya), l’icipe a montré comment maîtriser les invasions de mouches des fruits grâce à une association de mesures écologiques.