Le cuisinière bio la plus connue de Tanzanie

Elinuru Moses Pallangyo est devenue célèbre dans toute la Tanzanie en participant à une émission de télé-réalité de cuisine dans la jungle. Depuis, ses connaissances sur l’agriculture biologique et les effets du changement climatique sont demandées même au-delà des frontières nationales. Mais la vraie grande scène, cela reste son propre jardin Bio.

 

C’était un camp dans la jungle particulier. Elinuru Moses Pallangyo, 57 ans, y est restée jusqu’à la fin : en 2014, la télévision nationale tanzanienne TBC a diffusé une émission populaire mélangeant cuisine et casting en prime time. Une « Shujaa wa Chakula » était recherchée, littéralement une « héroïne de la nourriture ». Avec sa cuisine végétarienne saine, Elinuru a rapidement conquis le coeur du public : elle a réussi à rester jusqu’à la dernière étape de cette émission dans laquelle huit candidates devaient survivre pendant un mois dans la jungle, seulement avec ce qu’offre la nature. « Nous devions nous construire une cabane et trouver chaque jour notre nourriture », raconte Elinuru.

Le photojournaliste suisse Patrick Rohr a visité quelques projets de Biovision l’an dernier. L’un d’entre eux était FCP - Farmer Communication Programme, qui a pour objectif de diffuser des connaissances sur les méthodes d’agriculture écologique à travers différents canaux. L’un de ces canaux est le journal paysan Mkulima Mbunifu (le paysan futé) en Tanzanie, que lit également avec plaisir Elinuru Moses Pallangyo. Il a capturé ses expériences de voyage en images et en textes dans le calendrier Biovision 2019.

Défi supplémentaire : chaque participante devait s’occuper d’un enfant venu du Burundi ou du Rwanda, pays dévastés par la guerre, pour leur apprendre à vivre dans la jungle. « Daniel, un garçon de 16 ans du Burundi, était avec moi. Je lui ai montré comment ramasser du bois pour le feu, faire du compost et créer un jardin potager dans un sac de ciment usagé. Elinuru rigole : Quelle aventure ! » Elle est allée en finale. Aujourd’hui, elle n’est pas qu’une star à Arusha, où elle vit : elle a été invitée à plusieurs reprises à l’étranger pour participer à de grands congrès sur l’alimentation biologique et parler des défis auxquels le continent africain est confronté avec le changement climatique.

Elinuru raconte tout cela tout en mitonnant un merveilleux repas avec des légumes frais et des fruits de son grand jardin biologique derrière la maison. « Comment cela s’appelle ? Vous pouvez juste dire ‹ Mama Shujaa wa Chakulas Special Dish › ». Le rire chaleureux d’Elinuru retentit, puis elle appelle à table.

  • [Translate to Français:] Portrait der Köchin
  • [Translate to Français:] Feld mit Köchin Elinuru.
  • [Translate to Français:] Tonkochtopf gefüllt mit Kräutern und Zwiebeln.
  • [Translate to Français:] Teller mit gekochtem Gericht.

 

Le photojournaliste suisse Patrick Rohr a visité quelques projets de Biovision l’an dernier. L’un d’entre eux était FCP - Farmer Communication Programme, qui a pour objectif de diffuser des connaissances sur les méthodes d’agriculture écologique à travers différents canaux. L’un de ces canaux est le journal paysan Mkulima Mbunifu (le paysan futé) en Tanzanie, que lit également avec plaisir Elinuru Moses Pallangyo. Il a capturé ses expériences de voyage en images et en textes dans le calendrier Biovision 2019.