Push-Pull protège contre le légionnaire d'automne

17.11.2017

La chenille légionnaire d'automne, un ravageur originaire d'Amérique tropicale, a récemment envahi l'Afrique, causant de sérieux dommages au maïs et à d'autres cultures. Les scientifiques de notre partenaire icipe (Centre International de Physiologie et d'Ecologie des Insectes) ont testé le comportement de la méthode Push-Pull, utilisée contre le foreur de tige, face au nouveau fléau.

La méthode Push-Pull, soutenue et propagée par Biovision, comprend deux volets. D'abord on plante entre le maïs et le sorgho du desmodium, une légumineuse qui repousse le foreur de tige (push); en plus, elle fertilise le sol en azote et le protège contre l'évaporation. Puis on plante autour des champs des touffes d'herbe à éléphant ou de brachiaria, dont le parfum attire le foreur (pull). Les larves du ravageur périssent ensuite sur dans les feuilles collantes de ces deux plantes.

250 paysan-ne-s qui avaient adopté cette méthode dans les zones sèches du Kenya, de l'Ouganda et de la Tanzanie ont été sélectionnés au hasard pour l'étude durant la longue saison des pluies de mars à août 2017. Chacun avait deux parcelles, l'une cultivée en Push-Pull, l'autre en monoculture de maïs. On a recueilli dans chaque parcelle le nombre de larves de légionnaires sur le maïs, le pourcentage de plants endommagés et les rendements en grains de maïs. De même, les impressions des paysan-ne-s sur l'efficacité de Push-Pull ont été évaluées à l'aide d'un questionnaire semi-structuré.

Sur les parcelles en Push-Pull, on a observé en moyenne 82,7% de larves en moins par plante. De même, les rendements en grains ont été nettement plus élevés (voir graphique).

Les agriculteurs/trices ont estimé que cette méthode était clairement supérieure face aux infestations de légionnaires d'automne. Ces résultats démontrent que Push-Pull est probant pour lutter contre le nouvel envahisseur et permet de bien meilleures récoltes. Il s'agit ainsi de la première étude sur une méthode qui pourrait être immédiatement déployée pour stopper le parasite sur l'ensemble du continent.

En savoir: www.sciencedirect.com