Convaincre par l’exemple

Par Charlotte Pavageau, Cheffe de projet dans le département Dialogue politique et plaidoyer

Charlotte Pavageau, de l'équipe Dialogue Politique et Plaidoyer, accompagnée de ses collègues Fabio Leippert et Hans Herren, président de Biovision, ont assisté début février à la 2ème conférence mondiale du programme "One Planet Network" pour des systèmes alimentaires durables, à San José, Costa Rica.

Le lendemain de mon arrivée au Costa Rica, je visite avec d’autres participants de la conférence une ferme de production intégrée dans l'arrière-pays vallonné de San José. La finca Doña Rosa cultive le café à l’ombre des arbres, en combinaison avec des plantes médicinales et un petit élevage.«En plus, explique le propriétaire Rodolfo Valverde, nous menons un projet de reforestation en association avec du tourisme communautaire ».

Promouvoir le dialogue et l'échange

La visite à la ferme offre l’occasion d’échanger des idées avec les autres participant-e-s. Parmi eux, le responsable d’un fond international de développement qui soutient les petits producteurs, un chercheur spécialisé dans le commerce international, ainsi que le gestionnaire d’une ONG qui travaille sur les régimes alimentaires durables et la cuisine de rue en Bolivie. Je réalise très vite que nous partageons tous la même conviction: notre système alimentaire ne fonctionne plus et il est temps de le transformer. 
Comme les autres visiteurs/euses, j'écoute les commentaires de Rodolfo avec intérêt et je suis impressionnée par son travail. Le modèle de Rodolfo apporte une contribution importante aux changements nécessaires sur le plan local. Il donne un exemple tangible. A la finca Doña Rosa, nous découvrons concrètement comment la durabilité est pratiquée et mise en place à petite échelle. A l'ombre de la véranda, nous nous lançons dans une discussion animée: comment propager de telles initiatives pour avoir un impact global? L’obstacle principal est rapidement trouvé. D’une part, le discours international dominant se focalise largement sur la production de masse de nourriture. Mais surtout, les gouvernements et les décideurs n’agissent pas de manière intégrée comme à la finca Doña Rosa.  Au contraire, les multiples défis d'une transition vers un système alimentaire durable sont traités en silo par différents ministères, organismes publics et autres acteurs: biodiversité, empreinte écologique de la consommation, gaspillage alimentaire, alimentation plus saine, changement climatique...
 

  • Charlotte Pavageau animant l'événement parallèle de Biovision.
  • La Finca Dona Rosa à propos d'elle-même: "Nous prenons la durabilité au sérieux, parce que c'est la bonne chose à faire."
  • Le voyage d'étude en valait la peine, ne serait-ce qu'en raison de la vue à couper le souffle.
  • Les participants partagent leurs connaissances et leurs expériences pendant et après la visite.
  • Café issu de la culture intégrée de la finca "Doña Rosa".
  • Fabio Leippert, Charlotte Pavageau (chefs de projet, Biovision), Hans Herren, président de Biovision, James Lomax, Programme Systèmes alimentaires durables (PNUE)

À petits pas dans la bonne direction

La visite chez Rodolfo a renforcé la conviction de tous les participant-e-s. Il est indispensable de mettre en œuvre un système alimentaire global et intégré, du producteur au consommateur; de même, toutes les parties prenantes doivent se concerter de manière cohérente. L'expérience de la finca a aussi démontré à quel point il est efficace de convaincre les décideurs en montrant l’exemple et en suscitant l'échange d'idées. C’est d'ailleurs cette approche que nous avons adoptée lors d’un évènement parallèle co-organisé par Biovision la vieille. Nous y avons présenté des exemples réussis de politiques agroécologiques intégrées qui peuvent inspirer des décideurs de haut niveau et générer un dialogue créatif. Nos études de cas innovants ont suscité un vif intérêt. Des applications pratiques ont été discutées, débouchant sur la mise en route de nouveaux réseaux d’échange et de consultation.

Le pays hôte donne l'exemple lui aussi

Autre fait saillant à la clôture de la conférence: le gouvernement hôte du Costa Rica a signé un accord de coopération inter-institutionnel entre son ministère de l'Agriculture et de l'Élevage et son ministère de l'Environnement et de l'Énergie. Il encouragera le développement de fermes intégrées. Il s’agit selon moi d'un succès marquant, d'un pas concret dans la bonne direction!