Assez pour toute la grande famille

Les conditions climatiques et les effets du changement climatique constituent un défi pour les hommes et les animaux. C’est aussi le cas au Kenya, où les petits paysans apprennent à affronter l’adversité et à augmenter leurs récoltes avec des moyens simples.

  • Avant, rien ne poussait sur la terre aride derrière la maison de Priska. photo : Patrick Rohr
  • Grâce à son jardin bio, Priska Oluchinji est maintenant en mesure de nourrir sa famille élargie de manière saine. photo : Patrick Rohr
  • Il y a aussi des vaches dans la ferme de Priska, et leur lait génère un modeste revenu. photo : Patrick Rohr

« Mais qui est-ce que j’ai épousé ? » Avec un sourire, Priska Josia Oluchinji, 57 ans, de Kakamega au Kenya, décrit en riant sa première réaction quand elle a réalisé à quel point le sol des terres de son mari était sableux. « Rien ne pousse ici ! »

Elle a donc été très heureuse quand on lui a demandé en 2011 si elle voulait rejoindre le groupe de paysan-ne-s Kanan Umoja. « Dans ce groupe, nous échangeons nos expériences et nous apprenons de nouvelles techniques. » Par exemple comment remplir un trou dans le sol avec des feuilles et du compost pour retenir l’humidité du sol. Ou comment un tas de compost devient un jardin potager fertile. Derrière la maison de Priska et de son mari, il pousse aujourd’hui suffisamment pour se nourrir eux-mêmes, mais aussi la belle-mère de Priska et les familles des trois fils, qui vivent juste à côté.

Le photojournaliste suisse Patrick Rohr a visité quelques projets de Biovision l’an dernier. Il a rencontré des hommes et écouté leurs histoires, comme celle de Priska Josia Oluchinji. Il a capturé ses expériences de voyage en images et en textes dans le calendrier Biovision 2019.