Améliorer sa récolte en écoutant la radio

Comment éviter que mes fruits ne s’abîment trop vite? Peut-être vous êtes-vous déjà posé cette question. Pour les paysannes et paysans du Kenya, des bonnes réponses et des conseils sur mesure sont une affaire de survie.

  • Journaliste à la radio, Macdonald Mathew enregistre une discussion animée entre deux paysannes. Cette fois, la question est de savoir comment éviter les pertes après la récolte.
  • Le potager de Rose Nginya est florissant depuis qu’elle a appliqué les conseils pratiques du Programme de Communication Paysanne.
  • « Il est primordial que nous partagions ces connaissances et que nous nous soutenions les un∙es les autres !».
  • La radio permet également aux paysan∙nes des régions les plus reculées du Kenya d’accéder à des connaissances essentielles.
  • « Pourquoi mes haricots ont-ils si mauvaise mine ? », se demande une agricultrice.

Au Kenya, entre 20 et 60 % des produits agricoles s’abîment au cours du long trajet menant du champ à l’assiette. Des fruits abîmés ou la perte d’une récolte entière signifient pour ces familles, moins à manger, rien à vendre et donc aucun revenu.

La récolte n’est pas la seule à pâtir du manque de connaissances sur les méthodes d’agriculture biologique : l’utilisation de pesticides chimiques à également des conséquences importantes pour la population. Rose Nginya, une paysanne de l’arrière-pays de Machakos, raconte les effets négatifs de l’utilisation des pesticides sur ses champs : « Par le passé, nous devions souvent faire des voyages à l’hôpital à cause de maux de ventre et de vomissements. »

Le fait qu’elle soit passée à l’agriculture biologique il y a cinq ans et qu’elle ait ainsi pu améliorer la sécurité alimentaire de sa famille est dû au projet de communication de Biovision. À travers les émissions de radio de notre Programme de Communication Paysanne, des milliers de personnes comme Rose – même dans les régions les plus reculées du Kenya – reçoivent chaque semaine des réponses et des conseils pratiques. Ils peuvent utiliser les informations sur les méthodes d’agroécologie pour résoudre des problèmes, échanger de nouvelles connaissances et se soutenir mutuellement.

 

Pour que nous puissions continuer à aider des agricultrices comme Rose, nous avons besoin de votre aide – Faites un don maintenant !