L’agroécologie comme solution à la faim dans le monde – aggravée par le changement climatique

Les impacts du dérèglement climatique se feront sentir plus tôt et de manière plus dévastatrice que prévu. Conséquence : la faim touchera des millions de personnes en plus. Le 9 août, le GIEC prendra officiellement position sur ce constat alarmant qu’il a dressé dans un projet de rapport dont des extraits ont fuité. Comme le montre une récente étude conjointe de Biovision, la FAO et le FiBL, une solution existe : l’agroécologie.
 

»»Communiqué aux médias du 4 août 2021

 

Par Martin Grossenbacher, Biovision

Dans une étude réalisée en collaboration avec la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et le FiBL (Institut de recherche de l’agriculture biologique), Biovision a établi scientifiquement que l’agroécologie était en mesure de mieux protéger l’agriculture des impacts du changement climatique (sécheresse, tempêtes, inondations, etc.). Le responsable de l’étude, Fabio Leippert de Biovision, s’est exprimé à ce sujet dans un article récemment paru dans le journal spécialisé « Ökologie & Landbau » (en allemand uniquement) :

« L’étude montre clairement que les exploitations agricoles qui pratiquent l’agroécologie présentent une meilleure résilience, qui les aide à s’adapter au changement climatique. (...) Une grande occasion politique est donc à saisir pour adopter l’agroécologie comme solution au changement climatique. (...) Malgré ces signaux positifs, les actions fermes – et les moyens financiers – font encore défaut. Pour que les choses changent véritablement, les pays occidentaux doivent contribuer davantage à la protection du climat afin d’aider les pays les plus pauvres et faire en sorte que des paysannes comme Elizabeth Karimi aient une chance de s’adapter à la crise climatique. »

Le GIEC avait déjà pointé la nécessité de transformer en profondeur nos systèmes alimentaires pour mieux armer l’agriculture contre les impacts du dérèglement climatique et réduire les émissions produites par le secteur alimentaire, responsable d’un tiers des gaz à effet de serre. Lors du pré-sommet du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (Food Systems Summit, FSS), qui s’est tenu fin juillet, de nombreux·ses ministres se sont prononcé·e·s en faveur de la transformation agroécologique. L’agroécologie a été désignée comme l’une des sept coalitions d’action émergentes dans la perspective du FSS, qui aura lieu en septembre. Biovision participe activement aux préparatifs du FSS, sur les plans national et international.