Lancement réussi d’une nouvelle plateforme d’échange

Dans le monde entier, les responsables des politiques publiques sont toujours plus à la recherche de solutions durables et efficaces. Une nouvelle plateforme lancée en 2020 répond à ces besoins. 

Par Martin Grossenbacher, Biovision 

L'agriculture et les systèmes alimentaires durables figurent en bonne place dans l'agenda politique en raison de leur impact sur la santé, les moyens d’existence et l'environnement. Les décideuses et décideurs politiques sont de plus en plus intéressé·e·s à apprendre comment élaborer les conditions-cadres favorables dans leur pays, province ou municipalité. Avec le soutien de la Suisse et de l'Allemagne, Biovision a lancé en 2020 une offre d’échange et de formation adaptée à ces besoins, le « Food Policy Forum for Change ». Selon Charlotte Pavageau, responsable du projet, « notre forum fournit aux personnes intéressées une connaissance et une expérience des meilleures pratiques de politique alimentaire durable et un partage d’idées à ce sujet dans un cadre défini. C'est la première plateforme du genre qui se concentre systématiquement sur l'agroécologie. »

 Sous les projecteurs internationaux 

La crise de la COVID-19 a posé un défi particulier : les activités ont dû être constamment adaptées aux conditions changeantes et les rencontres personnelles et les visites sur place n’ont pas pu se dérouler. Pourtant, Charlotte Pavageau y a trouvé un aspect positif : « La pandémie a donné une impulsion supplémentaire à la discussion sur un changement de paradigme dans le système alimentaire. L'aspect durabilité est davantage au centre des débats. Pour faire connaître la plateforme nouvellement créée, Biovision et les organisations impliquées dans le projet* ont activé leurs réseaux et l'initiative a été présentée lors de plusieurs événements en ligne. En tête de ceux-ci, la présentation exclusive à la conférence annuelle du Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSA) devant des responsables de haut niveau du monde entier. Le nouveau projet de Biovision a su éveiller une vive attention et créer des contacts avec les participant·e·s intéressé·e·s. 

Bon démarrage après une préparation intensive 

Pour le projet, DPP a créé une nouvelle base de données : «Champions politiques». Elle rassemble une série de lois et réglementations existantes pour la promotion de l'agroécologie aux niveaux national et local. Ces exemples concrets montrent comment l'application des principes agro-écologiques fonctionne dans la réalité. En décembre, un premier événement s’est enfin déroulé avec les membres de ce nouveau réseau. Les participant·e·s ont partagé leurs expériences sur la base d’études de cas en Inde, en Ouganda et au Danemark sur les instruments politiques qui lient la transformation agroécologique avec le développement de marchés pour les produits biologiques. Les dialogues ont porté aussi sur les outils qui permettent de coordonner politique agroécologique et politique intégrée en temps de crise. « Il était clair pour nous qu'un réseau fonctionnel ne pouvait pas se construire du jour au lendemain », rappelle Charlotte Pavageau en parlant des débuts du projet. « Les nombreuses expressions d’intérêt et les retours positifs dès le départ ont été encourageants », dit-elle avec soulagement. À la fin de 2020, le Forum sur les politiques alimentaires pour le changement était déjà composé de 278 personnes d'Afrique, d'Asie, des Amériques et d'Europe – 147 d'entre elles étant directement impliquées dans l'élaboration de processus politiques. 

(* IFOAM – Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique, Millenium Institute, Direction du développement et de la coopération (DDC) suisse, Société allemande pour la coopération internationale (GIZ) et l’ Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO))