Maggie Haab

Communication et campagnes en ligne

«Nous ne serons jamais plus intelligents que la nature. Croire cela, c’est une idée radicalement illusoire. Comme si une cellule pensait qu'elle était plus intelligente que son organe ou si elle considérait son organe comme supérieur à l'organisme entier. »

Son travail de baccalauréat était déjà intitulé «Rupture avec la nature». Devenue experte en communication, Maggie reste hantée par cette question : quels changements sociaux et économiques sont nécessaires pour réparer cette rupture ? Elle a d’abord fait une brève incursion dans le marketing et le monde publicitaire. Elle a vite été effarée par les incitations à une consommation insensée et au gaspillage des ressources. Maggie Haab s’est alors tournée vers le journalisme après avoir obtenu un BA en communication. Car une graine peut germer entre l'ignorance et l'inconscience: l'information.

Nous, les humains, nous ne faisons pas seulement partie de la Nature. Nous dépendons entièrement de ses ressources : alors mieux vaut vivre en symbiose avec elles. Forte de cette conviction, Maggie est impliquée dans des initiatives écologiques et, depuis 2008, pour les droits humains des peuples autochtones : elle siège au comité d’Incomindios, où elle s’occupe de la communication. Les communautés indigènes pourraient d’ailleurs être une clé pour résoudre de nombreux défis du monde. Car parallèlement aux sauts quantiques que l'humanité attend depuis 30 ans sur le plan technique, le mode de vie des peuples premiers, toujours adapté à l'environnement, montre qu'une économie circulaire à petite échelle est possible sans piller les bases de notre vie.
De nos sols bourrés de poisons et d’engrais chimiques à la crise climatique (elle a traité la présentation médiatique de ce problème dans son diplôme sur la COP21), Maggie pense qu’un changement de cap est urgent à tous les niveaux : 

«Biovision le reconnaît depuis longtemps. Et je ne connais aucune autre organisation qui aborde la transition de manière aussi holistique - sur le terrain, dans le dialogue politique et dans le comportement personnel. Alors je suis heureuse de me sentir être une petite partie de la solution avec Biovision ! »

 

« Retour à l'aperçu