Highlight 2017 : Une formation agricole de très haut niveau

En Tanzanie, le centre de formation en agro-écologie soutenu par Biovision est devenu la meilleure adresse pour les paysan-ne-s et les organisations actives dans ce domaine.

« Est-ce que tu manges tes carottes avec un masque à gaz ? » La projection sur le mur de la caricature fait rigoler les 25 femmes et hommes assis-es sur les bancs, en train d’apprendre comment protéger sans produits chimiques les légumes contre les maladies et les ravageurs. Ces conseillers/ères agricoles ont été envoyés par l’ONG suisse Swissaid pour suivre un cours intensif en agro-écologie à Morogoro. Le Centre de formation de Sustainable Agriculture Tanzania (SAT) est considéré comme le nec plus ultra dans le pays. Il est utilisé par des ONG comme Swissaid, Swisscontact, le Mouvement burundais pour l’agriculture biologique (BOAM) ou des entités officielles comme le Ministère tanzanien des eaux et de l’irrigation. C’est une grande satisfaction pour Biovision, qui était aux côtés de SAT depuis le début.

En 2008, le jeune autrichien Alex Wostry avait lancé ce projet avec 300 dollars en poche et un petit jardin de démonstration. Dès 2009, Biovision a pris en charge le centre de formation. Durant huit ans, Alex et sa co-animatrice devenue épouse, Janet Maro, ont mis en place un projet d’avantgarde avec beaucoup de compétence et d’engagement, fondé un magasin bio, entamé une recherche avec l’Université Sokoine et créé le grand Centre de formation agricole (FTC) à Morogoro.

Le Centre comprend 15 employés, 80 hectares cultivés en agro-écologie (aliments de base, légumes, fruits), des jardins de formation, des salles de théorie, des chambres et réfectoires pour 42 étudiants, un réservoir avec pompe à eau solaire et bien d’autres choses.

  • Formation théorique dans une salle de Sustainable Agriculture Tanzania, SAT.


  • L’application pratique est importante pour le transfert de connaissances (en bas à gauche, avec au premier plan la co-fondatrice Janet Maro, agronome).

  • Le Centre de formation agricole de SAT comprend des chambres et des salles de classe, des jardins-écoles et des terrains cultivés.
  • Le nouveau réservoir d’eau avec pompe solaire aide à traverser les périodes sèches.

La connaissance déclenche le progrès

SAT est conçu comme une plate-forme d’innovation agro-écologique au service des petits exploitants agricoles. Cette ONG tanzanienne réunit dans une approche holistique science, marketing, réseautage et diffusion de l’information.

En 2016, une enquête interne a notamment révélé les résultats suivants :

  • Avec les méthodes agro-écologiques, les utilisateurs/trices ont pu augmenter leurs revenus en moyenne de 38 %.
  • 91 % appliquent des mesures anti-érosion.
  • 64 % des terres lessivées ont pu être revalorisées écologiquement et réutilisées.
  • 97 % des personnes formées ont déclaré que leur situation s’est durablement améliorée.

Jusqu’à la fin de l’an dernier, 2006 paysan-ne- s ont appris la théorie et la pratique de l’agriculture écologique sur leurs terres. 1464 agriculteurs/trices et agent-e-s de vulgarisation agricole ont été formé-e-s. Aujourd’hui, l’ONG travaille avec 72 groupes paysans. L’un d’entre eux est la coopérative des femmes « Mungano » de Kibuko. Jusque là, elles produisaient seulement des fruits. Après la formation, elles sont entrées avec succès dans l’horticulture. Aujourd’hui, elles gagnent de l’argent en vendant des légumes. Janet Maro a récemment visité la coopérative. Les femmes ont profité de l’occasion. Elles ont remis à la directrice de SAT et à son mari Alex Wostry un cadeau vivant : deux coquelets.