Étape par étape

Le 3 juin 1998, Biovision est fondée par Hans Rudolf Herren, Andreas Schriber, Mathis Zimmermann et Jürg Weber à Zurich. Leur vision : un monde avec une alimentation suffisante et saine pour tous, produite par des personnes en bonne santé dans un environnement sain.

1.

Trois hommes sont assis par terre et discutent

Une aide à s’aider soi-même

27 mars 2001. Au Kenya, Hans Rudolf Herren conseille les agriculteurs/trices de l’île Rusinga, sur le lac Victoria, pour une lutte biologique contre les ravageurs des choux. L’objectif de Biovision est d’apporter de nouvelles connaissances en agro-écologie, des laboratoires de recherche jusqu’aux champs. Les familles paysannes doivent pouvoir ainsi améliorer leur vie par ellesmêmes. Cette stratégie est appliquée dès les premiers projets dans l’Ouest du Kenya. Par exemple avec la méthode push-pull ...

 

2.

Femmes sur un champ

Alimentation saine et revenu

23 mars 2004. 200 mères célibataires des bidonvilles d’Addis-Abeba récoltent des légumes dans leur jardin communautaire. Elles améliorent ainsi la nutrition de leur famille et gagnent un revenu en vendant les excédents. Après une formation solide en agriculture écologique, elles parviennent à transformer deux hectares de terres dégradées en potager prospère. Ce groupe de femmes a été accompagné par l’organisation partenaire éthiopienne BioEconomy Africa et Biovision. Informations sur l'engagement actuel en Ethiopie ...

3.

deux hommes avec un attrape-mouche

La mouche tsé-tsé sous contrôle

31 mai 2005. Lulseged Belayun, chef d’un projet mené conjointement par l’institut international de recherche sur les insectes (icipe) et Biovision, explique aux paysans de Luke (Éthiopie) la manipulation et l’entretien des pièges à mouches. Les gens de cette région étaient affamés et appauvris depuis que leur bétail avait largement succombé à la maladie du sommeil, transmise par les mouches tsé-tsé. Grâce à la collaboration fructueuse des entomologistes et de la population locale, celle-ci a pu maîtriser les redoutables insectes et échapper au piège de la pauvreté. Un autre projet

4.

Trois hommes sont assis à un PC

Un journal pour paysannes et paysans

4 avril 2007. Peter Baumgartner (initiateur et rédacteur en chef, à gauche), Peter Kamau (rédacteur, au centre) et James Wathuge (graphiste) mettent en page le mensuel The Organic Farmer. Financé par Biovision, c’est le seul journal rural du Kenya. Il a été lancé en 2005 par Peter Baumgartner, ancien correspondant en Afrique du quotidien suisse Tages Anzeiger. Aujourd’hui, ce journal très attendu atteint 230 000 petits paysans avec ses conseils pratiques et ses connaissances de base en agro-écologie.

5.

une femme explique quelque chose sur un champ aux spectateurs

Le coup de foudre

1er janvier 2009. Début d’une magnifique coopération avec le projet Bustani ya Tushikamane (Jardin de la solidarité) à Morogoro, en Tanzanie. Biovision octroie un financement de démarrage. Le centre de formation, qui s’est rapidement développé, est aujourd’hui considéré comme la meilleure adresse du pays pour l’agro-écologie. Entre-temps, les pionniers du projet ont établi avec succès leur ONG Sustainable Agriculture Tanzania (SAT), toujours partenaire de Biovision. Photo : Janet Maro, agronome et directrice de SAT, pilote un groupe paysan dans les montagnes d’Uluguru.

6.

photo de groupe

Prix Nobel alternatif Herren et Biovision

26 septembre 2013. Hans Rudolf Herren et la Fondation Biovision remportent le prix Nobel alternatif pour leur travail contre la faim et la pauvreté sur notre planète. Ils sont les premiers Suisses à recevoir cette distinction depuis sa création en 1980. Le jury a justifié son choix par la compétence scientifique des lauréats, ainsi que leurs pratiques novatrices, montrant le chemin d’une alimentation mondiale saine, sûre et durable.

7.

deux femmes et un homme avec Globi

Globi, le paysan futé

5 mars 2014. Sur la place du marché d’Oerlikon (ZH), on fête la parution de Globi, le paysan futé. Biovision a produit ce livre avec les éditions Globi afin de promouvoir la pensée et l’action écologique en Suisse. La bande dessinée montre comment notre consommation affecte l’environnement, la situation alimentaire mondiale et la vie des familles rurales en Afrique. Commandez le livre ...

8.

Une femme avec des mangues

Les mangues sauvées des mouches

11 février 2015. La terreur des manguiers est vaincue. Avec le projet icipe/Biovision « Contrôle de la mouche des fruits », les producteurs du Kenya parviennent à stopper l’invasion provenant du Sri Lanka par une combinaison de mesures respectant l’environnement. La lutte intégrée contre les ravageurs (IPM) utilise également des biopesticides. L’IPM est à la fois efficace contre les mouches exotiques et indigènes. Elle protège les producteurs contre d’énormes pertes sans menacer l’environnement par des traitements chimiques.